Lettre ouverte des Jeunes Européens-France à l’UMP : Pour une droite enfin européenne !

, par Le Bureau national des Jeunes Européens - France

Lettre ouverte des Jeunes Européens-France à l'UMP : Pour une droite enfin européenne !
Jean-François Copé lors des Etats Généraux de la Reconquête en mai 2013 CC BY-NC-ND 2.0 UMP Photos

C’est avec une grande attention que les Jeunes Européens France ont étudié vos propositions pour l’Europe et notamment votre document résumant vos positions : Europe : Opération vérité. C’est avec regret que nous dénotons dans ce programme un manque total d’ambition et une absence critique de vision pour l’avenir de la construction européenne. Vous semblez voir dans l’Union européenne un simple organisme intergouvernemental qui n’est pas destiné à évoluer vers une structure plus intégrée politiquement. Vous dites, dans votre éditorial, ne pas vouloir entrer dans le débat entre fédéralisme et inter gouvernementalisme. Ce débat, dites-vous, est caricatural et ne répondrait pas aux préoccupations des français.

Pourtant, les français n’attendent-ils pas un projet clair, d’avenir pour l’Union ? Dire qu’il faut agir « sur-mesure », c’est rester dans un flou insupportable et dommageable. Les extrêmes, et vous l’analysez très pertinemment, se rejoignent actuellement pour dénoncer le projet européen. Si cette position est absolument intenable et contreproductive dans un monde dominé par des puissances continentales, il n’en demeure pas moins qu’elle a l’avantage de donner un cap clair à la politique européenne. Cela explique les malheureux succès de ces forces politiques, que nous dénonçons avec force mais sans vision politique claire pour le futur de l’Union, comment pourrait-il en être autrement ?

Refuser de rentrer dans le débat entre fédéralisme et inter gouvernementalisme, c’est donc refuser de proposer votre cap, votre vision de l’Europe de demain. Le débat que vous décrivez comme caricatural est à notre sens essentiel pour faire entrer l’Europe dans le XXIème siècle.

Ce débat ne doit pas être cantonné aux élites : il doit être public et impliquer nos citoyens. Avec une politique du « cas par cas », non motivée par un projet clair, vous consacrez une vision simpliste et faussée de l’Europe, entretenue par les populismes de gauche et de droite : l’idée d’une chose de l’élite qui gère, sans but réel, le quotidien de millions de citoyens, une machine technocratique folle qu’ils ne contrôlent pas. Les français doivent pouvoir faire le choix de l’Europe.

Si vous prétendez refuser le débat, force est de constater que vous souhaitez, en réalité, une Union européenne intergouvernementale. Dès votre deuxième paragraphe, vous déplorez le fait que la France ne soit pas capable de défendre ses intérêts en Europe. Mais où sont les intérêts des citoyens ? Ils sont dans l’intérêt collectif européen. Vouloir utiliser l’Europe comme tremplin à une théorique puissance française ancrée dans une pensée gaulliste qui a vécu est illusoire dans le monde globalisé d’aujourd’hui et à fortiori de demain, qui sera dominé par des puissances tels que la Chine, l’Inde ou le Brésil. Vous évoquez, dans votre proposition numéro 2, le développement de « coopérations différenciées », distinctes des coopérations renforcées actuelles. Ce procédé n’est rien d’autre que la conclusion d’un Traité international classique. Or, cette méthode a bien montré depuis 2008 ses insuffisances. Etant, par principe, gérée par la règle de l’unanimité, elle manque cruellement de réactivité et ne peut relever que du plus petit dénominateur commun entre les contractants qui est, avouons le, toujours très insuffisant. Dès lors, les intérêts des citoyens sont bien souvent peu pris en compte dans les décisions européennes, ce qui renforce leur sentiment de rejet. Rajouter des obstacles à la prise de décision au niveau européen c’est condamner l’Union Européenne à l’inefficacité et l’éloigner toujours plus de ses citoyens.

Vous proposez néanmoins de renforcer l’Union sur des points stratégiques. Que ce soit l’armée, la politique industrielle ou encore l’énergie, il devient crucial de passer à l’échelon européen. Cependant, cela ne peut être fait au sein des structures existantes. Le processus actuel brille par son inertie. Aucune décision n’est prise en temps et en heure et les seuls secteurs efficaces ne sont que partiellement contrôlés par le Parlement européen.

Il est maintenant devenu nécessaire, pour accomplir les politiques que vous proposez et avancer vers la prospérité pour nos concitoyens, de créer un véritable gouvernement européen. En proposant (proposition 35 ), de créer un Vice-président de la Commission qui serait aussiPrésident de l’Eurogroupe, vous ne résoudrez rien. Il est nécessaire de créer un véritable gouvernement européen qui serait un véritable contre poids au tout puissant Conseil des Etats membres. Ce gouvernement qui pourrait, dans un premier temps, être cantonné à la zone euro, serait responsable devant un Parlement composé des parlementaires concernés (comme nous le proposons au point 8 de nos 22 propositions pour l’Europe de demain). Le Conseil se verrait octroyé un rôle de seconde chambre, garante des intérêts des Etats.

C’est la prééminence donnée au Conseil qui détruit aujourd’hui l’Europe. L’exemple du budget européen est particulièrement éloquent à cet égard. Les chefs d’Etats se sont mis d’accord sur un budget ridiculement bas, dénoncé par le Parlement européen dans sa totalité. Et pourtant, par le jeu d’importantes pressions, malgré quelques concessions cosmétiques, c’est ce budget qui sera le nôtre jusqu’à la fin de la décennie. Comment comptez-vous mettre en place les politiques ambitieuses que vous proposez, avec raison, avec un budget aussi ridicule ?

Il est devenu nécessaire de réussir un saut fédéral. Les échéances de 2014 doivent permettre un débat national sur ce qu’est l’Union européenne et ce vers quoi elle doit aller. C’est votre responsabilité en tant que parti politique aspirant au gouvernement que d’animer ce débat. Nous ne pouvons d’ailleurs sur ce point qu’encourager vos propositions 38 à 41 relatives à votre travail avec nos partenaires. Une Union efficace, tournée vers l’avenir, forte sur la scène internationale tant économique que diplomatique, c’est une Union unie et démocratique. Ce n’est pas l’organisation hybride, subissant l’actualité, que vous proposez. Cela reviendrait à condamner l’Europe et la France à rester dans le marasme qu’elle connait actuellement.

Porter un projet ambitieux pour l’Europe c’est proposer aux citoyens d’aller progressivement vers la constitution d’un Etat Européen. Il faut maintenant avoir le courage de le proposer. Ce devrait être le sens d’une « opération vérité » audacieuse, qui donne aux français les clés pour choisir en connaissance de cause l’avenir qu’ils veulent pour l’Union européenne de leurs enfants.

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 19 septembre 2013 à 13:43, par GIRAUD jean-guy En réponse à : Lettre ouverte des Jeunes Européens-France à l’UMP : Pour une droite enfin européenne !

    Il est clair que la droite et la gauche française ont fait - depuis longtemps - le même choix de l’Europe intergouvernementale et s’accordent pour éviter tout débat public sur cette option. L’actuelle majorité ne fait qu’accentuer cette orientation sous les coups de boutoir des nationalistes extrêmistes et dans la ligne de fuite d’une opinion publique désorientée.

    Il appartient donc aux partisans d’une Europe plus forte et plus intégrée de s’accorder sur quelques principes et propositions communs et de pénétrer la scène médiatique cadenassée par les rentiers de la presse et de l’audiovisuel.

    Mais il n’est pas certain que le repli du fédéralisme sur l’Eurogroupe soit la meilleure piste à suivre ; on voit mal, par exemple, comment un « Gouvernement de l’Eurogroupe » serait mieux à même de développer une politique étrangère et une défense communes, une politique environnementale , une politique sociale, etc ...

    La réforme nécessaire doit être plus vaste et préserver l’unité de l’ensemble de l’Union - ou du moins de tous ceux qui choisiront d’y rester. Le catalogue des changements à effectuer et la méthode pour y parvenir sont assez simples à concevoir (voir « UE 2014 : amorcer la réforme de l’Union »). Encore faut-il organiser et mener rapidement à terme la mise au point de ces propositions communes. JGG

  • Le 19 septembre 2013 à 17:16, par tnemessiacne En réponse à : Lettre ouverte des Jeunes Européens-France à l’UMP : Pour une droite enfin européenne !

    Une idée forte pour la campagne des élections européennes. La relance européenne.

    Augmenter les salaires et cibler les productions pour que les consommateurs n’achètent pas que en dehors de l’Europe.

    Le marché unique est une mine d’or pour l’emploi et la croissance.

  • Le 23 septembre 2013 à 10:54, par Bernard Pottier En réponse à : Lettre ouverte des Jeunes Européens-France à l’UMP : Pour une droite enfin européenne !

    Je suis très largement en phase avec votre article et pense que l’on ne peut améliorer la visibilité et l’image de l’UE qu’en avançant vers quelque chose de plus fédéral à un plus petit nombre sans que le frein organisé par certains bloque l’avancée des autres. S’agissant de la défense, qui peut à l’évidence contribuer à l’ambition et à la visibilité de la construction européenne mais où on n’avancera qu’à un petit nombre ( et pas les mêmes que pour l’UEM), créer des « coopérations renforcées différenciées » est déjà prévu par le Traité de Lisbonne sous le nom de « coopération structurée permanente » (articles 42 à 46)pour la politique de sécurité et de défense commune. Les fédéralistes et promoteurs de la méthode communautaire que nous sommes n’y retrouveront cependant pas leur compte puisqu’il est prévu que tout se passe avec le seul Conseil européen et la Haute Représentante qui agit en sa qualité de mandataire du Conseil, hors toute intervention de la Commission et du PE ; on est donc dans l’intergouvernemental pur jus.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

À lire aussi :