Lettre ouverte des Jeunes Européens au Parti socialiste

, par Le Bureau national des Jeunes Européens - France

Lettre ouverte des Jeunes Européens au Parti socialiste
CC BY-NC-ND 2.0 Parti socialiste

C’est avec une grande attention que les Jeunes Européens France ont étudié vos propositions pour l’Europe et notamment le résultat de votre convention nationale Notre Europe. Certaines propositions de ce document vont dans le bon sens : vers une Europe dynamique, forte sur la scène internationale, garantissant prospérité et sécurité à ses citoyens. Cependant, au vue du défi que représentent les élections européennes de 2014 et le besoin de transformation, urgente, de notre Union, vos propositions restent trop peu ambitieuses et manquent cruellement de clarté.

Il est ainsi impossible de déterminer quel cap vous souhaitez pour l’Europe. Or, à l’heure de la mondialisation et de défis globaux sans cesse plus nombreux, il est indispensable d’aller vers plus et surtout mieux d’Europe. C’est le monde qui nous entoure qui nous oblige à sortir de notre carcan national pour faire entendre notre voix !

En dépit de ce constat de bon sens que vous partagez, les citoyens ne ressentent pas le besoin d’aller dans cette direction. En témoignent les discours populistes qui s’intensifient et font de l’Europe le bouc émissaire responsable du marasme ambiant. Quelles mesures concrètes comptez-vous promouvoir pour combattre cet euroscepticisme et encourager la participation citoyenne aux élections ?

Pour les Jeunes Européens, il est vital de rappeler aux citoyens la nécessité du projet européen surtout aujourd’hui, et l’importance de ses acquis, tels que notre monnaie commune, l’euro, qui ne doivent pas être remis en cause. Nous faisons au quotidien de la pédagogie envers nos concitoyens, pour leur expliquer le fonctionnement des institutions européennes. En effet, pourquoi aller voter pour une élection dont personne ne prend la peine de détailler les enjeux ? Cet exercice de pédagogie doit également passer par la défense d’un projet européen clair. Et la seule vision cohérente qu’il soit pertinent de défendre à l’heure actuelle est de renforcer l’Union toute en la démocratisant.

Dans cette perspective, vos propositions restent dans un flou dommageable. Ainsi, l’objectif d’une « Union politique » ne constitue que votre douzième proposition, alors qu’elle est le pré-requis de toute autre réforme. De plus, cet objectif d’Union politique n’est pas réellement défini. Vous parlez de renforcer les pouvoirs du Parlement européen et de l’élection du Président de la Commission. Construire l’Europe politique, c’est certes renforcer le pouvoir du Parlement européen et faire véritablement élire le Président de la Commission par les citoyens européens (ce qui sera en 2014, nous l’espérons, indirectement le cas puisque chaque parti devrait proposer une tête de liste qui serait également candidate a la Présidence de la Commission en amont des élections) ; mais édifier une vraie démocratie à l’échelle européenne nécessite d’aller beaucoup plus loin. Il faut, avant toute chose, revoir considérablement le rôle des Etats et des gouvernements nationaux représentés par le Conseil européen et le Conseil de l’Union européenne. Les débats sur le budget européen nous ont montré des Etats tout puissant, maitres d’une Union européenne profondément affaiblie par l’absence d’ambition de ses dirigeants et les querelles internes. Le Parlement européen a réussi à obtenir de maigres concessions, mais vous le soulignez vous-même dans votre 3ème priorité, le budget est et reste ridiculement faible face aux défis qui nous attendent pour la période 2014-2020.

De même, qu’entendez-vous par « Gouvernement économique de la zone euro » ? Qu’est-ce qu’un gouvernement qui se contenterait d’intervenir dans certains secteurs restreints de l’économie et soumis a la règle de la décision prise à l’unanimité des Etats-membres ? Un tel gouvernement brillerait par son incapacité à prendre des décisions et à mettre en place une véritable politique européenne commune. Il est par conséquent nécessaire d’organiser progressivement une fédéralisation de la zone euro avec un organe propre organisé en deux chambres. D’abord un Parlement européen représentant directement les citoyens (nous proposons dans nos « 22 propositions pour construire l’Europe de demain »que ce soit une formation particulière du Parlement européen actuel afin notamment de renforcer le rôle des eurodéputés) et un Sénat des Etats membres qui fonctionnerait selon la règle de la majorité et non plus de l’unanimité. Ce Parlement bicaméral contrôlera le travail d’un gouvernement européen propre et responsable devant lui. Assez étrangement, vous n’évoquez pas cet aspect de changement institutionnel et politique. Souhaitez-vous rester dans la dynamique intergouvernementale actuelle qui, depuis 2008, nous a montré toute l’étendue de son inefficacité ?

La réalité, c’est que ce gouvernement européen devra d’abord être compétent en matière de politique économique mais, dans un second temps, il devra élargir ses prérogatives à tous les domaines dans lesquelles l’Union est profitable et apporter une réelle valeur ajoutée pour ses citoyens, comme la défense, la politique étrangère et diplomatique ou encore l’immigration et l’harmonisation sociale. Le succès de cette Union resserrée et réformée politiquement devrait conduire ensuite à son acceptation progressive par les 28 Etats membres. Dans un futur plus éloigné, cette nouvelle Union européenne reste prête à intégrer de nouveaux membres. Vous ne devez pas avoir peur des mots : sur le long-terme, un saut fédéral devra être franchi !

Voilà un cap ambitieux et clair pour une Europe qui peine à se réinventer. Car c’est précisément l’absence d’une vision, d’un projet européen qui donne l’impression aux citoyens qu’ils sont soumis à un moloch institutionnel qui ne les prend absolument pas en compte. Refuser d’expliquer clairement à nos concitoyens que l’Europe fédérale est notre avenir, chers camarades, c’est faire le jeu des extrêmes !

Il est maintenant temps, qu’avec vos partenaires du Parti socialiste européen, vous vous réunissiez pour présenter un projet clair aux citoyens européens en vue des élections européennes de 2014.

Nos citoyens ne rêvent plus l’Europe, ils la cauchemardent, à vous de rendre leurs nuits un peu plus étoilées !

Vos commentaires

  • Le 13 septembre 2013 à 04:25, par Xavier En réponse à : Lettre ouverte des Jeunes Européens au Parti socialiste

    Ce gouvernement est incapable de donner un cap au pays... alors à un si beau projet qu’est l’Europe... il vaut mieux ne rien espérer d’eux !

    Et que voulez-vous que les socialistes français fassent avec les autres socialistes européens ? Il y a un gouffre idéologique entre eux ! Il tient en deux mots : économie de marché. Les socialistes français, mis à part une frange éclairée (Trautmann par expl), ont de l’urticaire rien qu’à y penser.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom