Pierre Moscovici candidat de Nicolas Sarkozy à la présidence de la Commission européenne

, par Fabien Cazenave

Pierre Moscovici candidat de Nicolas Sarkozy à la présidence de la Commission européenne

Pierre Moscovici, candidat de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la Commission européenne ? On savait José Manuel Barroso de moins en moins apprécié en France. Là, le président de la République continue sa politique d’ouverture. Encore faut-il que les Allemands soient d’accord.

Cette rumeur (démentie pour le moment par Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée) prend de plus en plus de consistance. Le président de la République voudrait ainsi couper court à la campagne « anti-Barroso » qui menace le camp conservateur pour les élections européennes.

Le Bild Zeitung explique dans un article sur le couple franco-allemand avant le G20, « Gemeinsam gegen die Finanzkrise », que la volonté de Nicolas Sarkozy de mettre en avant Pierre Moscovici à la présidence de la Commission européenne est le seul point de désaccord... pour le moment.

Pierre Moscovici, le candidat de l’ouverture... franco-allemande

Les dernières rumeurs volaient plutôt à droite : Jacques Delors a d’ailleurs cité Alain Juppé ou François Fillon comme candidat de la France. Jean Quatremer avait allumé la mèche en expliquant sur son blog que José Manuel Barroso n’était plus dans les petits papiers de Nicolas Sarkozy.

L’avantage de Pierre Moscovici tient autant dans son CV que dans son appartenance au PS :
- ancien président du Mouvement Européen - France, il a été député européen et ministre délégué aux Affaires européennes sous Lionel Jospin.
- il n’est plus dans un courant au Parti Socialiste et est encore blessé par la trahison de Jean-Christophe Cambadélis lors de l’Université d’été de La Rochelle en vue du Congrès de Reims. Il y est seul et ne se sens plus à sa place.

Nouvelle prise de guerre, après Eric Besson, Claude Allègre et Bernard Kouchner (entre autres) pour Nicolas Sarkozy. Cette candidature lui permettrait de plus d’empêcher le PS français de trop insister au sein du Parti Socialiste Européen pour que ce parti présente un candidat à la présidence de la Commission européenne. Coup gagnant : plus de campagne anti-Barroso et on revient à une confrontation nationale classique. Même si Michel Barnier assumait le choix de Barroso pour le PPE, cette partie de la campagne était mal engagée pour lui.

Enfin, dernier argument en faveur de Pierre Moscovici, les Allemands le connaissent. En effet, c’est lui qui avait participé à la négociation du Traité de Nice en 1999 avec Hubert Védrine. Après - le villepiniste - Bruno Lemaire, c’est un nouveau germanophile qui serait ainsi nommé.

Les Etats toujours plus fort que le Parlement européen

Le Parlement européen est le grand perdant dans ce choix. Non par la qualité du candidat, mais bien par la reprise en main des affaires par le camp intergouvernemental dans la direction de l’Europe.

En effet, lors de l’élection de José Manuel Barroso en 2004, c’est l’argument suivant qui avait été utilisé : « c’est parce qu’il est du camp majoritaire au Parlement européen que nous choisissons ce candidat ». Le Parlement européen avait suivi.

Or ici, avec le couple franco-allemand en moteur, on voit mal comment les députés européens oseront s’opposer à un choix validé dans les couloirs diplomatiques des Conseils européens. Même si les autres pays n’ont pas encore donné leur accord.

Dans le Traité de Lisbonne, il est prévu que le président de la Commission européenne soit élu par le Parlement européen. Mais comme il n’est toujours pas ratifié...

Illustration : photographie de Pierre Moscovici issue de Wikipedia, par Mifter.

Vos commentaires

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom