Accueil > Cartons Rouges > Fédération européenne ou catastrophe économique !

Fédération européenne ou catastrophe économique !

L’Amérique agit pendant que l’Europe convoque un timide G4

, par Traduit par Benoît Courtin, Gioventù Federalista Europea

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

La crise financière qui, partie des États-Unis, est entrain d’envahir contagieusement l’Europe et le monde entier, est avant tout une crise de confiance. Guidée par la myopie, par la spéculation et la vanité, la confiance dans le monde de la finance et dans les milieux bancaires s’effondre.

La confiance dans la politique et les gouvernements s’évanouit : ils sont incapables de gérer la mondialisation pour le bien de l’humanité entière. La confiance dans les règles internationales et dans les capacités auto-régulatives du marché mondial est terminée. La confiance dans l’idéologie néolibérale de la dérégulation et de la privatisation s’est éteinte et dans le futur ce sera au tour de la confiance en matière d’investissements, d’emploi, des politiques sociales et de la sécurité.

La peur de la crise ouvre un espace pour la mystification : le plan Paulson affronte le problème à court terme mais risque de faire supporter aux citoyens américains et au reste du monde le coût à payer pour sauver le système financier. A l’heure où les élections autrichiennes sont le théâtre d’un nouveau triomphe du nationalisme, le Président de l’Union Sarkozy a convoqué un G4. Ce G4 comporte le grave risque de déchirer à nouveau l’Europe au lieu de proposer des solutions nouvelles à faire approuver à la majorité par tous les États européens qui le voudront bien et par le Parlement Européen.

C’est un sommet intergouvernemental de plus qui produit des solutions de bas étage et qui montre encore une fois le manque d’un vrai gouvernement fédéral européen.

L’Europe n’est pas indemne face à cette crise quand bien même, à la différence des États-Unis, elle n’aurait pas vécue jusqu’alors au-delà de ses possibilités économiques grâce aux règles de stabilité communautaire et à la rigueur des taux de la BCE, l’Europe risque toutefois de succomber face à sa propre incapacité de s’unir et d’affronter les problèmes si les dirigeants européens continuent à chercher des solutions nationales pour répondre à des défis mondiaux.

La déclaration du Président du Conseil italien Berlusconi qui a affirmé qu’il défendra l’épargne des citoyens italiens contre tous les risques, et la décision unilatérale de l’Irlande de garantir à 100% les dépôts dans les banques irlandaises laisse présager une mauvaise analyse de la crise. Tout ceci ne tient pas compte de l’interdépendance des économies européennes et affaiblit finalement l’efficacité et la pérennité du marché unique.

Ceux qui, depuis des années, rejettent l’idée d’une Europe unie politiquement, demandent aujourd’hui à l’Europe d’agir

Ceux qui, depuis des années, rejettent l’idée d’une Europe unie politiquement, demandent aujourd’hui à l’Europe d’agir. D’un côté, les économistes libéraux, américanophiles, partisans d’un marché libre, de l’autre côté les politiciens socialistes qui ont refusé la Constitution Européenne parce que “peu sociale”, en appellent aujourd’hui à la volonté politique de l’Europe pour faire front à la crise.

L’Union Européenne ne pourra répondre efficacement à la crise uniquement si elle sait se doter, en plus de la monnaie unique, d’un gouvernement européen de l’économie, d’un système unique de contrôle du système bancaire, d’une clairvoyance dans le projet de relance des investissements, de la production, des emplois et de la recherche.

Un gouvernement européen de l’économie présuppose une Europe politique, la réalisation d’une fédération dotée de pouvoirs vraiment souverains en politique fiscale, en politique extérieure et en matière de sécurité.

Sans un gouvernement européen de l’économie, sans une vraie réponse à la crise, il ne restera plus qu’un gouffre. L’alternative à la fédération européenne, c’est la catastrophe économique !

Partagez cet article

Vos commentaires

  • Le 13 octobre 2008 à 21:52, par lucie En réponse à : Fédération européenne ou catastrophe économique !

    Cette prise de position m’apparait largement dogmatique et surtout caricaturale. Sur un sujet aussi brûlant que celui de la « crise » financière, un peu de modération serait bienvenue. Lectrice assidue de votre magazine européen, je réagis pour la 1ere fois car je suis un peu surprise par une analyse si négative et qui malgré les apparences ne laisse aucune porte de sortie (le « gouffre » ou le « fédéralisme »...?) Je ne me reconnais en rien dans le ton et les propos tenus, je ne suis ni une libérale américanophile, ni une solialiste qui a réécrit la Constitution : je suis « sociale démocrate », j’ai voté OUI à la Constitution pour l’Europe et ne suis pas contre le « néo-libéralisme » de marché.

    VIVA EUROPA

    LUCIE de Lyon

    PS : Monsieur Sarkozy n’est pas « Président de l’Union » mais dirige le pays - la France - en charge de la Présidence du Conseil de l’Union européenne.

  • Le 13 octobre 2008 à 22:31, par Fabien Cazenave En réponse à : Fédération européenne ou catastrophe économique !

    C’est vrai que la situation est complexe mais il est quand même frappant de voir le manque de réactivité et le manque de lisibilité de l’Europe par rapport aux États-Unis.

    G4 + Eurogroupe + sommet européen + déclarations nationales séparées + ...

    Bref, on s’y perd alors que la crise ne peut être contenue en Europe sans une réponse européenne...

    Pour le coup, ceux que je trouve caricaturaux, ce sont les membres de l’Eurogroupe qui prennent une décision commune... pour l’annoncer nationalement.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom