Le Kosovo en route vers l'Europe - commentaires Kosovo : Indépendance ou autonomie ? 2006-09-12T10:33:05Z https://www.treffpunkteuropa.de/Le-Kosovo-en-route-vers-l-Europe#comment1042 2006-09-12T10:33:05Z <p>La définition réelle du statut du kosovo en cette fin d'année me paraîtrait être juste si seulement on prend en compte le passé de cette région et ses frontières avant qu'elle ne soit cédée à la serbie en 1913 après le fameux traité de Londres. J'ai l'impression que jusqu'à présent, cette définition n'a été que subjective en raison de l'intérpétation qu'on lui donne selon que l'on est serbe ou kosovare. Ainsi les serbes par exemple tentent de faire croire que le kosovo a toujours fait partie intégrante de la serbie. Or, le fait est que cette région a eu son autonmie pour ne pas dire une pleine indépendance durant son existance ce qui autoriserait à l'avenir la thèse de l'indépendance. Les serbes ont aussi cette fâcheuse manie de lier la question du kosovo à celle de la Rs en Bosnie. A ce que je sache la RS est une création récente, artificielle de surcroît. A l'heure actuelle, il serait inimaginable de parler d'un référundum au sein de la Rs comme on l'a fait au Monténgro ou au maintenant au Kosovo. Kostunica dit que la serbie ne tolerait pas une perte de 15% de son territoire.Dans ce cas comment pourrait on imaginer une bosnie amputée de 49% de son territoire comme le réclament 90% de setrbes de la RS et les serbes de Serbie ?</p> Le Kosovo en route vers l'Europe <agoravox></agoravox> 2006-08-05T07:43:34Z https://www.treffpunkteuropa.de/Le-Kosovo-en-route-vers-l-Europe#comment934 2006-08-05T07:43:34Z <p>Cet article est également paru et commenté sur le site Agoravox.</p> Kosovo : Indépendance ou autonomie ? 2006-07-27T06:03:47Z https://www.treffpunkteuropa.de/Le-Kosovo-en-route-vers-l-Europe#comment883 2006-07-27T06:03:47Z <p>Ce lundi 24 juillet, sept ans après la fin de la guerre du Kosovo (en 1999) reprenaient à Vienne (sous l'auspice de l'ONU et sous l'arbitrage de l'ancien président finlandais -et négociateur onusien- Martti Ahtisaari) les négociations sur l'avenir et le statut futur du Kosovo, province serbe majoritairement peuplée d'albanais et aujourd'hui sous protectorat onusien international.</p> <p>Parties prenantes à ces négociations de Vienne : les <strong>autorités serbes de Belgrade</strong> (i. e : le Pdt Boris Tadic et le PM Vojislav Kostunica) et leurs <strong>homologues de Pristina</strong> (i. e : le Pdt Fatmir Sejdjiu et son PM Agim Ceku). Lesquels ont visiblement très fermement campé sur leurs positions, refusant même de se serrer la main, nous dit-on : leurs positions sur l'avenir du Kosovo restant décidément inconciliables.</p> <p>En effet, Belgrade accepte tout sauf l'indépendance (et se prononce pour l'octroi d'une ''autonomie substantielle'' à cette province qu'elle considère comme le berceau historique du peuple serbe : le Kosovo-Métochie) tandis que les Albanais du Kosovo (aujourd'hui 90% de la population de la province) n'acceptent rien d'autre que l'indépendance...</p> <p>A ce titre, les déclarations des uns et des autres sont éloquentes : « La Serbie n'acceptera pas qu'un autre Etat soit créé à partir de 15% de son territoire » estimait ainsi le PM serbe <strong>Vojislav Kostunica</strong>, s'appuyant sur la résolution 1244 de l'ONU garantissant l'intégrité territoriale de la Serbie. Le Président serbe <strong>Boris Tadic</strong> affirmant : « Nous sommes prêts à donner au Kosovo une autonomie très large mais pas à renoncer à notre souveraineté ».</p> <p>Ce à quoi <strong>Veton Surroi</strong> (l'un des délégués kosovars, répondait : « Nous avons attentivement écouté ce que (les Serbes) avaient à nous dire mais tout ce qu'ils nous proposent (les Serbes), en fin de compte, c'est de nous diriger. Notre avis est que nous devrions nous diriger nous-mêmes ». Propos confirmés par <strong>Hashim Thaqi</strong>, un autre délégué kosovar : « Dans le futur, nous pourrions être de très bons voisins, mais nous ne pouvons pas vivre ensemble sous le même toît. »</p> <p>Bref, à l'heure actuelle des discussions, les Kosovars exigent l'indépendance. Ce que la Serbie refuse catégoriquement. Les discussions entre les deux parties reprendront lors de la deuxième quinzaine de septembre prochain, à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies. En tout état de cause, la communauté internationale (qui a déployé près de 20 000 hommes de l'OTAN dans la région pour le maintien de la paix...) souhaite qu'un règlement à cette question du Kosovo soit trouvé avant la fin de l'année...</p> <p><strong>- Sources : Dépêches AFP, « Libération » et « Figaro » du mardi 25 juillet 2006.</strong></p>