Sommet européen de Bruxelles des 21 et 22 juin 2007 : l'Europe avance mais la déception est forte - commentaires L'analyse de l'accord par Alain Lipietz 2007-06-26T06:07:24Z https://www.treffpunkteuropa.de/Sommet-europeen-de-Bruxelles-des-21-et-22-juin-2007-l-Europe-avance#comment2589 2007-06-26T06:07:24Z <p>L'eurodéputé d'lle-de-France Alain Lipietz fait une analyse assez claire de l'accord en détaillant les gains et les pertes des uns et des autres (nationalistes, gauche, Verts, fédéralistes...) :</p> <p><a href="http://lipietz.net/spip.php?article2065" class="spip_out" rel='nofollow external'>Le traité : mini ou maxi ?</a></p> Sommet européen de Bruxelles des 21 et 22 juin 2007 : l'Europe avance mais la déception est forte 2007-06-24T10:50:26Z https://www.treffpunkteuropa.de/Sommet-europeen-de-Bruxelles-des-21-et-22-juin-2007-l-Europe-avance#comment2580 2007-06-24T10:50:26Z <p>Le « Traité simplifié », finalement, n'est rien d'autre que le « mini-traité » que Sarkozy nous avait servi dans sa campagne. Le changement de vocabulaire n'était donc que cosmétique, et ne correspondait absolument pas à un ralliement à la vision de Bayrou, Onesta ou Leinen, contrairement à ce qu'on avait pu un temps espérer.</p> <p>Question : va-t-on s'arrêter là, ou bien est-ce uniquement une solution temporaire destinée à sortir du blocage ? Comment l'Italie, la Belgique, le Luxembourg, l'Espagne, la Hongrie, la Slovénie peuvent-ils accepter qu'on se contente d'une « constitution moins » ?</p> <p>Quant à l'hypothèse de voir Tony Blair en président de l'Europe... mon Dieu, surtout pas !</p> Sommet européen des 21 et 22 juin 2007 : l'Europe avance mais la déception est forte 2007-06-23T18:08:59Z https://www.treffpunkteuropa.de/Sommet-europeen-de-Bruxelles-des-21-et-22-juin-2007-l-Europe-avance#comment2577 2007-06-23T18:08:59Z <p>« La question n'est plus si nous devons accepter ce résultat : il est. » : le traité n'est pas encore signé : il peut encore se passer des choses lors de la CIG devant formaliser tout ça et d'ici la signature. Ce résultat le devoir de tous les démocrates et des pro-Européens est de le dénoncer vigoureusement. Il entérine la victoire du Non comme étant un nonà l'Europe, ignorant ainsi les motivations des leaders du camp du Non. Plus grave il constituent une insulte pour tous ceux qui avaient soutenus le TCE et met en péril l'avenir de la construction européenne en méprisant ouvertement les citoyens.</p> <p>Les traités précédents n'étaient acceptables que dans la mesure où l'Europe poursuivait son avancée vers une Union politique démocratique. La méthode intergouvernementale qui écarte du débat public tout le travail de la Convention et les débats qui ont eu lieu au cours du processus de ratification et lors de la période de réflexion au profit de négociations secrètes est tout simplement inacceptable.</p> <p>Il faudra pour se prononcer sur le traité examiner celui-ci lorsqu'il sera signé et évaluer en le comparant article par article au traité constitutionnel dans quelle mesure il constitue une régression ou non du point de vue de la démocratie et de la capacité de l'Union européenne à remplir ses missions.</p> <p>D'ici là nous devons collectivement élever la voix pour dire le scandale des méthodes employées et des concessions faites aux gouvernements eurosceptiques.</p> Sommet européen de Bruxelles des 21 et 22 juin 2007 : l'Europe avance mais la déception est forte 2007-06-23T17:10:17Z https://www.treffpunkteuropa.de/Sommet-europeen-de-Bruxelles-des-21-et-22-juin-2007-l-Europe-avance#comment2575 2007-06-23T17:10:17Z <p>En tout cas, nous voilà très clairement rappelé aux cruelles réalités : <strong>dans l'Europe d'aujourd'hui, ce sont très clairement les Etats-membres qui décident et personne d'autre. Et certainement pas quelque hypothétique ''peuple européen''</strong> dont bon nombre des personnalités présentes au dernier Sommet européen ont récemment eu beau jeu de nous dire et de nous rappeler que, de toute façon, il n'existait pas ; (à moins que le Parlement ne se rebiffe... au risque de passer pour le ''saboteur'' d'un compromis décrit par beaucoup comme ''historique''...).</p> <p>A ce schéma résolument intergouvernemental de ''négociations sous le manteau'' et autres ''petits arrangements entre amis'', <strong>l'Europe fédérale est effectivement une contre-proposition intéressante... mais sans relai efficace</strong> puisque la voix du Parlement en la matière est complètement inaudible (étouffée ?), puisque celles émanant de la société civile (et allant dans ce sens...) le sont tout autant et puisque les rares Etats qui penchent un temps soit peu vers cette solution (comme actuellement la Belgique, par exemple...) doivent aujourd'hui faire face aux approches strictement intergouvernementalistes des autres (UK, France, Pologne). Lesquels bloquent systématiquement toute conversation susceptible de contrarier un temps soit peu leurs sacro-saints ''intérêts'' nationaux.</p> <p><strong>Bilan : une Europe réduite à son plus petit dénominateur commun</strong>, une Europe a minima, l'Europe de grand papa, l'Europe genre ''compromis de Luxembourg'' ad vitam aeternam. Pas de romantisme (tant mieux...) mais - plus embêtant - pas de souffle apparent et - visiblement - pas de projet autre que de la gestion gestionnaire et gestionnante. Bref : on sort l'Europe de l'ornière (et c'est en soi une bonne chose...) mais on ne sait tout de même plus trop ni où on va ni, plus globalement, à quoi ça sert.</p> <p>Avec mêmes quelques petits soucis en perspective, exemple : qui, du Président de l'Union (élu par ses pairs du Conseil européen) ou du Haut-représentant (ex-MAE et ex-Mr PESC de l'UE) aura la préséance et la prééminence sur l'autre pour parler au nom de l'Europe sur la scène internationale ?!</p> <p>Bref : <strong>ce sommet, finalement, c'était un petit peu un sommet de ''foutage de gueule''</strong> où chacun y est allé pour y récolter des lauriers personnels avant de s'y glorifié d'avoir arraché pour soi-même le ''vraiment pas grand chose'' que l'on sait : M. Sarkozy se fait fort (sans rire) d'avoir relancé l'Europe à presque lui tout seul, M. Blair d'avoir supprimé tout symbole supranational susceptible de contrarier le Royaume-Uni, M. Kaczynski peut rentrer chez lui en s'étant bien battu (ainsi, il pourra glorieusement exhiber ses ''blessures de guerre'' devant le bon peuple de la Pologne éternelle en arrivant à Varsovie...) et Mme Merkel peut continuer à dire que - sous cette présidence allemande qui n'aura, décidément, pas démérité de l'Union - on aura enfin réussi à sortir l'Europe de la crise. <strong>Bref : l'Europe piétinne au diapason des égoïsmes nationaux et au rythme des seuls intérêts particuliers, mais tout le monde est content.</strong></p> <p>Mais la vraie crise, elle reste à venir. Surtout si, comme on serait fort bien fondé à le croire, nos chers dirigeants n'avaient absolument pas anticipé la prochaine étape. Ce traité, il fallait sans doute le faire mais il serait terriblement dramatique qu'on en reste (que) là.</p> <p>Ce Traité là, si peu ambitieux, il vaut mieux qu'il ne soit pas soumis à référendum : le souverainisme populaire et la lassitude ambiante à l'égard des questions européennes sont aujourd'hui tellement forts que nos compatriotes seraient fort bien capables de le rejeter (ce qui serait dramatique...) ou - pire encore - de s'en contenter. Ce qui serait la consécration par le suffrage universel de ce qu'on a fait de pire depuis le début de la construction européenne : <strong>après l'Europe des marchands, voici l'Europe des marchands de tapis.</strong> Pas de quoi être fier.</p> Sommet européen des 21 et 22 juin 2007 : l'Europe avance mais la déception est forte 2007-06-23T15:43:35Z https://www.treffpunkteuropa.de/Sommet-europeen-de-Bruxelles-des-21-et-22-juin-2007-l-Europe-avance#comment2574 2007-06-23T15:43:35Z <p>Incontestablement, le résultat du Conseil européen des 21-22 juin 2007 est en net recul par rapport au TCE. Recul sur le fond et recul sur la méthode d'élaboration et, pour la France, de ratification.</p> <p>Un examen approfondi de la situation politique européenne nous interdit cependant de rejeter en bloc ce résultat. Il faudra suivre - patiemment, en résistant à la lassitude - toutes les étapes à venir de la CIG, mobiliser autour de quelques points cruciaux, attirer l'attention des médias et mener des campagnes en direction des parlementaires, etc... Une fois le Traité signé par les Chefs d'Etat et de gouvernement, il sera alors temps de se prononcer sur l'opportunité, les modalités et le bien fondé de la ratification.</p> <p>Avec ce piètre résultat du Conseil européen, le masque tombe : l'activisme (de Sarkozy) et la bonne volonté (de Merkel) ne peuvent résoudre une crise structurelle de l'UE que la méthode conventionnelle semblait hier susceptible de surmonter pour finalement échouer sur les NON français et néerlandais.</p> <p>Les militants européens mesurent aussi la longueur et la difficulté du chemin qui reste à parcourir pour parvenir à une véritable fédération européenne. La question n'est plus si nous devons accepter ce résultat : il est. La question porte plutôt sur la stratégie à mettre en oeuvre pour convaincre nos concitoyens européens et contraindre nos responsables politiques à avancer.</p> <p>Ce doit être désormais l'une des tâches prioritaires de toutes les associaitons et de tous les mouvements fédéralistes et européistes. L'Action fédéraliste « Socialisme & Liberté » (AFSL) est ouverte à une large discussion avec les uns et les autres à ce propos.</p> Sommet européen des 21 et 22 juin 2007 : l'Europe avance mais la déception est forte 2007-06-23T11:32:26Z https://www.treffpunkteuropa.de/Sommet-europeen-de-Bruxelles-des-21-et-22-juin-2007-l-Europe-avance#comment2573 2007-06-23T11:32:26Z <p>Franchement, je ne vois pas comment on peut écrire que l'Europe repart, même doucement. De mon point de vue, l'Europe régresse encore un peu et surtout, les chefs d'états et de gouvernements, ont définitivement choisi l'Europe de la diplomatie, des négociations secrètes, de l'antidémocratie, contre l'Europe des citoyens. Ce choix, fortement voulu par les britanniques, les polonais et les français est la pire des chose qui pouvait arriver, au delà de toutes les pseudo réformes techniques qui devraient aujourd'hui nous rassurer.</p> <p>La preuve ultime de cet abandon est la clause absurde qui renvoi toute modification du système de vote à 2017 !!! Cela signifie clairement que nos soit disant représentants ont bel et bien décider de ne plus rien changer dans un futur proche et lointain. Quand on sait les défis que devrait normalement affronter l'Union, les gesticulations triomphalistes des uns et des autres sont véritablement grotesques.</p> <p>David</p>