« Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

Rencontre avec le Parti européen

, par La Rédaction du Taurillon, Louis de Gouyon Matignon

« Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l'âge de réaliser nos rêves »

Si les élections européennes tourne souvent à une lutte entre les principaux partis français, c’est aussi l’occasion de lancement de nouvelle formation. Le Taurillon est allé interroger l’une d’entre elle : le Parti Européen qui proposera une liste composée de jeunes.

Le Taurillon : On parle souvent du désintérêt des jeunes pour la politique, la liste que vous menez aux européennes a une moyenne d’âge pourtant très basse. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à créer une liste pour les européennes ?

70% des jeunes de 18-25 ans se sont abstenus de voter lors des dernières élections européennes en 2009, faute d’avoir identifié un projet porteur de leurs valeurs et capable de les mobiliser. Les jeunes ne sont pas désintéressés ; ils ont perdu confiance. Le quotidien Le Monde a révélé mardi 25 février que « pour la moitié des jeunes tous les politiques sont corrompus et 64 % pensent que les politiques utilisent mal leurs pouvoirs ».

Face à la discorde qui règne au sein de l’UMP, au manque de dynamisme et de résultats des partis aux affaires, face aussi à la montée des mouvements eurosceptiques soutenus par le FN, nous voulons agir et porter notre regard plus loin, en créant un mouvement dont les points forts sont la jeunesse et la croyance en une Europe fédérale, et je dirais même la volonté de construire une Europe fédérale.

Nous nous adressons donc aux jeunes Européens déçus par les politiques de gauche comme de droite qui, par dépit, se tournent vers l’idée selon laquelle le repliement de la France sur elle-même serait la solution.

Pour les eurosceptiques, l’Europe serait sclérosée, pétrie de préjugés, nostalgique et paralysée par l’émergence de puissances concurrentes. L’Europe sera ce que nous voudrons en faire. Tout est question de volonté et de croyance. Tout est question de crédibilité, aussi. Comme beaucoup de Français, nos origines ne sont pas franco-françaises mais européennes. Notre avenir l’est aussi ! Nous sommes tous jeunes, convaincus, avec l’énergie nécessaire à la réalisation de nos idéaux. Capables de rajeunir l’Europe, nous plaçons nos volontés au dessus des clivages politiques, et ceci au profit d’un parti adogmatique, démocratique et tourné vers l’avenir.

L’Europe est l’occasion de dépasser ce que les systèmes nationaux ont de restreint, de résigné, d’obsolète et de voir grand. Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves.

Le Taurillon : Quelle vision portez-vous à court et à long terme pour l’Europe ?

À court terme, nous souhaitons une prise de conscience collective de l’importance que représentent ces élections européennes.

Nous croyons en une gouvernance européenne pour mettre en cohérence les 28 systèmes politiques et financiers, par la mise en place d’une constitution européenne et l’élection au suffrage universel direct d’un président européen.

Il est indispensable de créer une Europe de la fiscalité, à la capacité d’investissement démultipliée grâce à des finances publiques restructurées et assainies. Il est indispensable de désolidariser les banques d’affaires des banques de gestion afin que l’argent des usagers ne risque pas d’être perdus dans des crises bancaires, en raison de placement hasardeux voire de placements « ninja » selon le terme utilisé par les banquiers à l’origine de la crise des subprimes aux États-Unis.

Nous désirons une Europe propre et transparente avec un personnel politique éthique, économe des deniers du contribuable, soucieux de rendre des comptes au contribuable. Concrètement, nous croyons que tolérer la corruption des élus, représentants et incarnation du peuple, revient à légitimer la corruption dans toutes les strates de la société. Pour prévenir la corruption, il est indispensable de contrôler l’impartialité et l’indépendance de nos élus ; nous voulons un organe européen détenteur d’un droit de regard sur les déclarations de revenus de chaque représentant des pays membres.

Nous voulons accélérer, en partenariat avec tous les pays d’Europe, la transition énergétique pour développer notre économie. Cette transition énergique est une opportunité de croissance unique pour notre économie, mais aussi une opportunité unique de coopération industrielle des pays. On ne rappelle jamais assez que la transition est aussi une nécessité impérieuse de santé publique, voire de survie des populations d’Europe. C’est notre responsabilité à nous qui incarnons l’avenir, de porter à bout de bras cette priorité là. Nous devons trouver les moyens de lever les freins, de contrecarrer les lobbies hostiles à la transition énergétique. Nous devons les faire coopérer, et identifier des opportunités de croissance aussi pour les lobbies des énergies fossiles. Nous devons guider et soutenir la recherche et le développement des industries d’hier pour les aider à devenir les industries de demain. En bref, la transition énergétique est vitale.

Nous voulons renforcer et faire appliquer le cadrage législatif des finances et des marchés publics pour moraliser la vie politique et inspirer confiance aux électeurs.

Tout cela est possible avec une politique d’éducation cohérente et évoluée. Nous voulons une Europe éducative proche de son histoire et soucieuse de l’avenir de ses citoyens. L’égal accès à la culture et à l’apprentissage des langues sont des moyens de stimuler la mobilité des étudiants et mènent plus loin à une convergence d’idées et à la naissance d’objectifs communs.

Il est indispensable d’instituer une bourse européenne, à laquelle chacun pourra postuler, de systématiser l’accès au programme ERASMUS pour chaque jeune citoyen européen.

Nous voulons une Europe de la santé équitable et de qualité excellente car une Europe en meilleure santé c’est aussi une Europe plus productive. Il est indispensable de mettre en place un centre capable de rembourser certaines prestations médicales et paramédicales (tableau d’une dizaine de prestations qui serait établi par un collège européen de médecins et professeurs), et mener une politique préventive et qui offre l’opportunité aux Européens de participer activement à leur bonne santé (sport et alimentation).

Nous voulons nous projeter dans une Europe citoyenne, cohérente et confiante.

Le Taurillon : Comment préparez-vous et envisagez-vous la campagne pour les européennes qui peine à démarrer ?

Pour nous, la campagne a déjà commencé. Déjà présent sur les réseaux sociaux comme Facebook, ou Twitter, nous avons un site ludique et accessible : www.partieuropeen.com.

Nous avons commencé à tracter, des équipes de terrains sont présentes près des universités.

Les élections européennes sont de loin les élections les moins populaires pour les Français. Nous allons surtout jouer sur la pédagogie et l’information. Nous allons éclairer les électeurs.

Nous voulons surtout baser notre campagne sur des manifestations culturelles, et intervenir dans les milieux étudiants. Nous avons conscience que la partie sera dure. Nous sommes jeunes et avons plus que tous et plus que tous l’obligation vitale de promouvoir l’Europe. Notre Parti européen est une synthèse ouverte à tous. Tous les jeunes peuvent s’y reconnaître. Et aussi leurs aînés.

Si nous n’y croyons pas, qui y croira ?

Vos commentaires

  • Le 10 mars 2014 à 17:10, par shaft En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Tout cela est bien beau mais a quoi cela sert de voter pour des députés qui n ont aucun pouvoir législatif ?

    Le pouvoir est detenu par la commission européenne qui suit les ordres de berlin. il suffit de voir les candidats juncker et schulz qui sont germanophones

    de plus madame merkel ne veut pas que le président de la commission soit désigne parmi le parti vainqueur

    donc pourquoi devrais je prendre la peine de me déplacer ?

  • Le 10 mars 2014 à 19:29, par Ferghane Azihari En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Cher Shaft,

    Alors permettez-moi de vous apprendre que la Commission européenne, contrairement aux eurodéputés, n’a aucun pouvoir législatif. Vous confondez « initiative législative » et « pouvoir législatif ».

    Certes l’initiative législative est exclusivement détenue par la Commission européenne (ce qui au passage est condamné par les fédéralistes que nous sommes). Cependant cette Commission, si elle est la seule autorisée à proposer des lois, elle n’a pas le pouvoir de les voter !

    Ce pouvoir de voter les lois appartient bel et bien au Parlement européen ainsi qu’au Conseil des ministres nationaux. Il appartient donc auxdites instances de voter (ou de ne pas voter) ce que l’exécutif européen propose.

    Notons qu’en pratique, la Commission européenne propose les lois qu’on lui demande de proposer...(« on » c’est-à-dire le Parlement et les Ministres voire directement les citoyens dans le cadre des Initiatives Citoyennes Européennes).

    Enfin je vous rappelle que cette année, vous élirez la Commission européenne lors de ces élections. En espérant vous avoir convaincu de l’utilité d’aller voter ;)

  • Le 10 mars 2014 à 19:50, par Ferghane Azihari En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Et sur le fait que jusqu’à maintenant la Commission a tendance à être à la botte des États les plus riches (c’est-à-dire la France et l’Allemagne), je vous rejoins, c’est scandaleux !

    Pour remédier à ce fonctionnement oligarchique et inégalitaire, il nous faut des rapports de force qui privilégient l’égalité des européens !

    On en revient toujours à la nécessité de fédéraliser la gouvernance européenne pour privilégier les rapports de force juridiques au détriment des rapports de force économiques ;)

    Voici un article qui traite la question :

    http://www.taurillon.org/la-democratie-europeenne-sera-federale-ou-ne-sera-pas

  • Le 10 mars 2014 à 20:43, par Jean-Luc Lefèvre En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    A Shaft,

    « C’est trop facile... », comme disait J. BREL !!! Trop facile de plaider l’abstention en invoquant un bouc émissaire...germanophone ! VERHOFSTADT n’est pas germanophone ! Trop facile d’invoquer un improbable bouc émissaire pour aller à la pèche ! Trop facile parce que irresponsable : quand on croit en quelque chose, on exprime ses choix !

    La démocratie, même européenne, se mérite !

    Ce serait trop facile, après le scrutin, d’encore reprocher eux élus du peuple européen de s’écarter de ses options préférentielles !

    Comme disait un chanteur : « Osez, osez, Joséphine ! »

  • Le 11 mars 2014 à 12:20, par shaft En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Trop facile mais tellement reel dans le cas present. Vous qui etes federalistes devriez le comprendre puisque votre resultat electoral devrait etre minime

    Croire est aussi une question de choix et quand les principaux partis pronent la meme politique le choix se limite au radicalisme ou au nationalisme

    Pensez y ne pas voter peut vouloir dire ne pas croire en l europe ou ne pas vouloir participer au jeu de dupes

  • Le 11 mars 2014 à 14:10, par tnemessiacne En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Il serait tout de même intéressant que certains partis européens s’engagent à associer le parlement européen de manière plus importante lors du semestre européen.

    Car la Commission bénéficie de 6 événements lors de ce semestre, les Conseils européen et des ministres de 5, les États-membres de 3 et le Parlement européen de 2.

    De manière plus claire voire les bulles de couleur ici http://ec.europa.eu/europe2020/making-it-happen/index_fr.htm

  • Le 11 mars 2014 à 19:16, par Ferghane Azihari En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Shaft, ce que vous dites est tout à fait inexacte.

    Angela Merkel en ayant supporté Jean-Claude Juncker lors du congrès du PPE montre qu’elle accepte de jouer le jeu et je vois mal les gouvernements faire un coup d’État à l’issue de ces élections.

    Le traité de Lisbonne a considérablement renforcé les pouvoirs de contrôle du Parlement vis-à-vis de la Commission. Non seulement ce dernier va élire le Président de l’exécutif européen conformément à la tradition parlementaire, mais en plus il exerce désormais un contrôle accru sur les autres Commissaires. C’est ce contrôle qui a notamment permis au Parlement de refuser la nomination de la candidate Bulgare Rumiana Jeleva en 2009...De même que cinq ans plus tôt, le Parlement européen avait refusé le premier projet de formation de la Commission et Barroso a du remanier son équipe pour se conformer aux injonctions des représentants de la volonté générale européenne.

    Tout ceci montre que malgré toutes les critiques émises sur la « bureaucratie de Bruxelles », celle-ci a de plus en plus tendance à être politisée en étant soumis à un contrôle politique du Parlement européen directement élu par les citoyens. L’élection par les citoyens du Président de la Commission ne fait finalement que s’inscrire dans cette tendance.

    Je vous rappelle que ce pouvoir de contrôle n’existe pas en France puisque notre régime gaulliste pseudo-monarchique fait que notre Assemblée nationale censée représenter la volonté générale du peuple français est tenue en laisse par un exécutif beaucoup moins représentatif, ce qui biaise évidemment le caractère démocratique de notre cinquième république.

    Au regard de ces aspects, l’exécutif européen est plus légitime que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

    Enfin je vous invite à mieux lire les programmes des partis politiques...

    Dire que les anti-capitalistes qui soutiennent Tsipras ont les mêmes idées que les autres partis...

    Dire que les écologistes et altermondialistes derrière José Bové, opposés au traité de libre-échange avec les USA, ont les mêmes idées que les autres partis...

    Dire que les sociaux démocrates qui soutiennent Schulz ont la même conception des services publiques et de la concurrence que les libéraux....

    Dire que les libéraux qui soutiennent Verhofstadt ont une même conception des questions sociétales que les conservateurs qui soutiennent Juncker...

    Dire tout cela relève au mieux de la méconnaissance, au pire de la mauvaise foi ;)

  • Le 11 mars 2014 à 19:28, par Ferghane Azihari En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Si malgré toutes ces informations objectives, vous refusez d’admettre la pertinence d’une élection européenne impliquant 500 millions de citoyens tout en continuant à arguer qu’une démocratie de 65 millions est plus forte, c’est votre droit. Mais ayez le courage d’admettre que votre réticence relève davantage de l’irrationnel et de l’affect, et non de l’expression d’un jugement critique.

  • Le 11 mars 2014 à 20:35, par shaft En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Ma reticence n a rien a voir avec de l irrationnel.Au contraire elle vient de mes observations depuis 2009.Les actes des dirigeants europeens et leurs consequences dramatiques sur les citoyens bafouent l ideal democratique

    Ouvrez les yeux ces technocrates mitonnent un arrangement politique dont nous ne sortirons pas gagnants Pour moi c est voter pour tout changer sans rien changer

  • Le 12 mars 2014 à 15:06, par Ferghane Azihari En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Par technocrates, je suppose que vous désignez ceux qui se présentent alors qu’ils sont tous issus de la Sphère du Parlement européen directement élu par les citoyens ? Je suppose que vous vous référez au parcours de paysan de José Bové ? de Libraire de Monsieur Schulz ? D’ingénieur civile de Monsieur Tsipras ? de Premier ministre de Messieurs Verhofstadt et Juncker ?

    Vous continuez à exprimer de la défiance sans pouvoir élaborer un argumentaire qui contredit mon exposé sur la politisation de la Commission européenne en prétendant que les anti-capitalistes ont le même programme que les conservateurs.

    Assumez simplement le fait que le concept de « démocratie européenne » vous révulse et on fera avancer le débat ;)

  • Le 18 mars 2014 à 16:43, par Emmanuel En réponse à : « Notre mouvement est jeune, européen, et nous avons l’âge de réaliser nos rêves »

    Mais pourquoi vous engager à quelques-uns en concurrence avec le Parti Fédéraliste Européen qui est bien implanté, porte exactement les mêmes idées et qui présente des listes dans la plupart des circonscriptions électorales en France (et dans d’autres pays d’Europe car il s’agit du seul parti transnational) ?

    Une division de l’idée fédérale en plusieurs partis ne me semble pas la meilleure façon de réussir à donner un poids à l’Europe Fédérale dans le débat politique.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom