Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l’Ouest

Bon chance à la présidente du Mouvement Européen – France !

, par Fabien Cazenave

Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l'Ouest

Grosse surprise : Sylvie Goulard se présente en tant que tête de liste Mouvement Démocrate (MoDem) dans l’Ouest aux européennes de 2009. Bonne chance pour sa (très probable) élection au Parlement européen.

Pour tout le monde, c’est une surprise. Avec le journaliste Jean-François Kahn, Robert Rochefort (directeur général du Credoc ), Sylvie Goulard fait partie des têtes de listes du MoDem aux européennes du 7 juin. Des personnalités de ce parti telles que Marielle de Sarnez (Ile-de-France) , Corinne Lepage (Nord-Ouest) et Jean-Luc Bennahmias (Sud-Est) figurent également parmi les têtes de liste désignées lors d’un bureau exécutif mardi soir.

Il faut bien le dire, personne ne s’y attendait. En effet, Sylvie Goulard avait détrôné Pierre Moscovici de son poste de président du Mouvement Européen – France par une campagne fondée sur le fait qu’elle émanait de la société civile. Son nom avait circulé un temps pour le remplacement au poste de Secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes de Jean-Pierre Jouyet mais cela ne semblait pas réellement être une grosse cote. Sa ré-élection au poste de présidente du Mouvement Européen – France sans candidat en face d’elle avait laissé penser que son entrée dans la vie politique était retardée d’autant. Si elle se faisait un jour. On pouvait penser que sa liberté de ton en tant que représentante d’une partie de la Société Civile aurait pu lui suffire. Son envie de faire lui fait mettre les mains dans le cambouis politique.

Finalement, si ce n’est pas la Société civile qui va au politique, c’est donc l’inverse. Le Mouvement Démocrate de François Bayrou prétend démontrer qu’il sort du curseur politique habituel. Avec Sylvie Goulard et Jean-François Kahn, il a trouvé en tous les cas deux personnalités qui n’ont pas leur langue dans leur poche.

Une personnalité française de valeur au Parlement européen

Avec la tête de liste dans l’Ouest, Sylvie Goulard sera probablement élue, à moins d’un cataclysme politique balayant le MoDem de la vie politique française. Tant mieux. Non pour le MoDem, mais pour le Parlement européen. Car Sylvie Goulard est de ces personnes qui ont à la fois une dimension européenne affirmée et une vision du projet politique européen.

De par son parcours (Commission Prodi, Mouvement Européen,...), Mme Goulard n’aura pas de problème pour s’acclimater à la mécanique parlementaire européenne. Elle sera donc opérationnelle tout de suite. Sa vision de l’Europe est aussi un atout. Même si « elle ne se lève pas tous les matins en se disant comment construire une Europe fédérale » [1], elle croit profondément dans la réalisation du projet communautaire sans renier ses aspirations fédéralistes. Elle voudrait remettre le citoyen au cœur de l’Union européenne. Cette polyglotte (elle parle au moins l’anglais, l’italien et l’allemand parfaitement en plus du français) de talent mettra sûrement son sens médiatique de la formule au service de la politisation de l’actualité européenne.

Évidemment, elle a des défauts. Notamment pour la politique française. Son principal pêché est d’avoir une vision allemande des technocrates. Pour elle, des spécialistes valent mieux que des politiques démagogues, notamment au niveau de la Commission européenne. Cette dernière en tant que garante de l’intérêt général doit agir en dehors des intérêts politiciens, a fortiori nationaux.

Son autre pêché, c’est qu’elle a une forte liberté de ton. Elle n’a pas besoin d’attendre les ordres venus d’en haut pour avoir un avis. Par exemple, à Marseille le 13 juin 2008, lors d’une grande manifestation préparant la Présidence française, elle interpellait Bernard Kouchner, Ministre en charge des Affaires étrangères, sur le processus de désignation du président de la Commission européenne. Elle voulait que cela soit en fonction des résultats des élections européennes que celui-ci soit désigné et non par une décision prise dans les couloirs d’un Conseil européen. Inutile de dire que ce n’était pas prévu au programme pour le Ministre... qui se trouva fort dépourvu quand le micro lui est revenu.

Elle est également sûr d’elle-même et de ses connaissances sur le fonctionnement de l’Europe. Cette assurance peut parfois agacer, notamment chez ceux qui ont une lecture différente du sujet qu’elle défend. Sylvie Goulard, auteur de « L’Europe pour les Nuls », passera ainsi au feu de l’élection et du regard du citoyen qu’elle devra convaincre de voter pour elle. Verdict le 7 juin 2009.

Pas la seule candidate aux Européennes du Mouvement Européen

Au Mouvement Européen France, certains l’adorent et attendront beaucoup (trop ?) d’elle. D’autres ne la portent pas dans leur cœur et ne la rateront pas au moindre écart. Sa candidature fait d’ailleurs déjà polémique sur les mailings listes de l’association des Jeunes Européens – France. Quant quelques-uns disent qu’elle doit démissionner, d’autres estiment qu’elle doit conserver son poste. Le sujet n’est pas tranché, mais le sera-t-il ?

Débat pour moi stérile : personne n’avait vu de problème à ce que les Daniel Cohn-Bendit, Alain Lamassoure, Nathalie Griesbeck ou Bernard Poignant [2] soient tête de liste ou non lors de ces élections. C’est plutôt une bonne chose que des personnalités de notre mouvement soient présentes dans la vie politique. Comme Jean-Louis Bourlanges et Pierre Moscovici en leur temps. Tant que le Mouvement Européen reste transpartisan, il n’y a pas de problème. Il ne fera pas ni sa campagne ni celle des autres et continuera son action.

Sylvie Goulard sait que nous aurons pour elle le même œil critique que pour les autres candidats. Bonne chance alors. Puisse-t-elle servir nos intérêts fédéralistes à bon escient !

Illustration : photographie de Sylvie Goulard discutant avec Daniel Cohn-Bendit aux Etats Généraux de l’Europe II à Lyon le 21 juin 2007. Photographie réalisée par Fabien Cazenave.

Mots-clés

Notes

[1comme lors d’une émission sur Arte pour les 50 ans de l’Europe.

[2toutes ces personnalités sont dans le bureau national du ME-F.

Vos commentaires

  • Le 5 février 2009 à 13:13, par Valéry-Xavier Lentz En réponse à : Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l’Ouest

    La candidature de Sylvie Goulard à un poste éligible est une excellente nouvelle : elle est certainement l’une des plus compétentes pour le mandat de député européen.

    Elle n’est pas en revanche aussi surprenante que cela : on entend la rumeur depuis longtemps, depuis trop longtemps même pour qu’il se soit agit alors d’autre chose que de procès d’intention.

    L’arrivée de Sylvie Goulard à la tête du Mouvement Européen a marqué une rupture forte : le choix d’une personnalité de la société civile, qui n’était pas intégrée aux arrangements traditionnels entre grands partis, a apporté beaucoup de vent frais dans l’association. Plus encore, une présidente impliquée presque à plein temps dans la gestion de l’association était très appréciable.

    À son actif, outre l’apparition de l’ébauche de véritables débat dans l’association, il faut noter l’élargissement du bureau national à toute la société civile pro-européenne et aussi la fin du monopole UMP-PS de la direction avec l’entrée de centristes et d’écologistes, tout aussi légitimes pour parler d’Europe, plus peut être pour parler de fédéralisme.

    L’entrée de Sylvie Goulard sur la scène politique représente donc plutôt un normalisation du Mouvement Européen, après une période de changements rapides.

    Il ne me semble pas qu’il faille avoir d’objection de principe au fait qu’un élu et non pas un membre de la société civile soit à la direction du Mouvement Européen pour autant qu’il le connaisse bien, qu’il consacre à l’association le temps nécessaire et qu’il s’exprime véritablement au nom du MEF. Nous n’avions pas trouvé cela chez la plupart des anciens présidents. J’ai assez confiance en Mme Goulard, sur la base de l’expérience passée, pour penser qu’elle ne délaissera pas ses responsabilités une fois élue.

    Sylvie Goulard avait naturellement prévenu lors de sa réélection qu’elle serait désormais moins disponible. Or l’association ne fonctionne que lorsqu’il y a un secrétaire général dynamique avec la marge de manoeuvre nécessaire ou un président très impliqué. Elle échoue lorsqu’un président absent est associé à un secrétaire général timoré. Je crois donc que la configuration actuelle a de quoi nous rendre très optimistes.

    P.S. : notons au passage que l’UEF-Europe est aussi dirigée par un élu (l’eurodéputé Andrew Duff) et que les Jeunes Européens eux-même ont déjà eu une présidente sur une liste.

  • Le 5 février 2009 à 21:46, par Valéry En réponse à : Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l’Ouest

    « On parle également de Najat Belkacem comme candidate » selon Jean-Michel Normand sur le blog Puzzle socialiste.

  • Le 5 février 2009 à 23:58, par Fabien Cazenave En réponse à : Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l’Ouest

    Le Bureau National du ME-F va finir par ressembler à un vivier...

  • Le 8 février 2009 à 21:01, par Gepetto En réponse à : Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l’Ouest

    Le travail fait par Sylvie Goulard au MEF est énorme. Elle lui a donné de la visibilité et une indépendance sans précédent. C’est pour cela que je trouve dommage qu’elle se lance en politique tout en restant à sa tête. Elle renie une partie de ses engagements. Ce n’est pas la première responsable du MEF à se présenter ainsi à une élection, mais c’est la première qui le fait en ayant été élu justement car elle n’était pas issue d’un parti politique. En plus, c’est aussi la première qui devient tête de liste en partie en raison de sa présidence du MEF. Je crois qu’il lui faut passer d’urgence la main, et non pas seulement se mettre en congés durant les élections, si elle ne veut pas discréditer le travail qu’elle a accompli ces dernières années.

  • Le 9 février 2009 à 07:49, par Fabien Cazenave En réponse à : Sylvie Goulard : tête de liste MoDem dans l’Ouest

    Peut-on inverser le raisonnement en se disant qu’on peut être indépendant au départ et séduire donc par ses propres qualités ?

    Je trouve au contraire plutôt valorisant qu’on ait un parti qui vienne chercher quelqun issu de la société civile. Et puis, le Mouvement Européen n’a jamais rejeté les personnalités politiques. Encore moins sous la présidence de Sylvie Goulard.

  • Le 9 février 2009 à 11:12, par Emmanuel En réponse à : Sylvie Goulard va-t-elle devenir pro-Strasbourg

    Je ne suis pas sympathisant ou membre du Modem, mais là...

    Dans le discours de clôture de la conférence nationale, le 8 février, François Bayrou a déclaré :

    "Comme tout est affaire de symbole, je propose que l’on prenne au sérieux cette idée et que l’on fasse un changement de cap.

    Je propose que l’on revienne au traité. Ce n’est pas un hasard si le traité avait installé, en deux lieux différents : Strasbourg pour le Parlement européen et Bruxelles pour la Commission européenne.

    Il n’est pas sain que l’un soit confondu avec l’autre, ou avec les autres car je n’oublie pas le Conseil. Il n’est pas sain que tout le monde pense « Bruxelles », comme aux États-unis tout le monde pense « Washington ». Il faut que le citoyen européen pense, sache que, Strasbourg, ce n’est pas Bruxelles. C’est pourquoi je propose que l’on change de cap et que Strasbourg devienne effectivement, à temps plein, la capitale parlementaire de l’Europe, que tout s’organise en conséquence, bureaux et transports, que l’on cesse de reculer sur ce sujet et que, par exemple, le Secrétariat du Parlement s’installe à Strasbourg et les parlementaires aussi.

    On fera d’ailleurs beaucoup d’économies, parce que l’on cessera les va-et-vient stupides et c’est quand même une chose formidable d’imaginer que la volonté des peuples n’est plus confondue par les citoyens avec d’autres volontés qui ont leur dignité, car la Commission a sa dignité.

    Il y a les États d’un côté, les peuples de l’autre. Il est légitime que les peuples aient leurs villes, leurs droits en Europe et, après tout, ce n’est pas autre chose que la liberté."

    Je suis très impatient de voir comment Sylvie Goulard, tête de liste dans le Sud-Ouest, et jusqu’à présent ouvertement hostile au siège du Parlement européen à Strasbourg, fera pour défendre cette position beaucoup plus raisonnable !

  • Le 9 février 2009 à 21:57, par Stéphane En réponse à : Sylvie Goulard va-t-elle devenir pro-Strasbourg

    On fera encore plus de dépenses en mettant le Parlement Européen de façon permanente à Strasbourg. Les allers et venues vont se reporter sur la Commission et ses dirigeants qui vont être convoqués sans arrêt à Strasbourg.

    Je suis pour le partage des rôles entre différentes villes, y compris pour les agences, mais il est important que l’exécutif et le législatif soit au même endroit.

    Et à moins de vouloir que la Commission reste un simple organe technique ou secrétariat du Conseil, il est absolument incohérent de vouloir fixer le Parlement ailleurs qu’à Bruxelles.

  • Le 10 février 2009 à 10:33, par Emmanuel En réponse à : Sylvie Goulard va-t-elle devenir pro-Strasbourg

    à mon avis, c’est là une vision qui omet plusieurs éléments :

    1. le fait que les membres de l’exécutif (au niveau politique ou administratif) doivent aller de temps à autre à Strasbourg coûtera nécessairement moins cher que les déplacements quotidiens des fonctionnaires du Parlement entre Luxembourg et Bruxelles et mensuels entre Bruxelles et Strasbourg.

    2. on est au 21ème siècle ; de très nombreuses réunions peuvent avoir lieu avec des coûts très faibles par visio-conférences.

    3. l’Afrique du Sud n’est pas un pays fédéral régulièrement cité pour son « incohérence », et pourtant le Parlement (Le Cap) est à 1500 kilomètres et deux heures de vol de la capitale exécutive (Pretoria). Comparez ça aux 350 kilomètres qui séparent Strasbourg de Bruxelles et vous comprendrez que cet « éloignement » serait très relatif...

    4. on voit bien que la seule vraie justification au transfert du siège du Parlement vers Bruxelles serait économique, alors que Bayrou parle de politique et de lisibilité démocratique.

    Si on est sur une logique financière, alors supprimons également le multilinguisme au Parlement européen pour n’avoir plus qu’une langue de travail ; de toute manière, tout le monde parle anglais, non ?

    Et s’il faut une capitale européenne (cf l’article sur ce sujet sur Le Taurillon) sous forme d’un district fédéral européen, il faut raisonner globalement : ne regarder que le cas du Parlement, c’est voir les choses par le petit bout de la lorgnette, sans vision d’ensemble. Il faut que ce soit un choix assumé, pas une décision à la sauvette sous prétexte de « rationalisation ». La politique mérite mieux que ça.

  • Le 13 février 2009 à 15:29, par Jade27 En réponse à : Sylvie Goulard va-t-elle devenir pro-Strasbourg

    Le modem n’a t il que ça comme vision de l’Europe ?

    une bataille gueguerre incessante entre Strasbourg et Bruxelles pour le parlement européen ? ? ?

    Ne croyez vous pas qu’il y a des choses plus importantes ? Ne croyez vous pas qu’il faut une vrai personne du parti pour représenter un parti ? Ne croyez vous pas qu’à force de prendre des symboles on finit par devenir populiste ? La jet set du modem si on veut .... lol .... mais en technocrate ...... ne croyez vous pas que l’Europe doit être plus chose des gens ....?

    — > je vous propose d’allez lire l’interview de Damien Abad ... :-)la comparaison entre les deux partis centristes est intéressante :-)

  • Le 18 février 2009 à 00:55, par Guillaume En réponse à : Sylvie Goulard va-t-elle devenir pro-Strasbourg

    Emmanuel, Moi non plus je ne suis pas sympathisant du MouDem. Au contraire ! Mais la candidature de Sylvie Goulard m’amènera à voter pour elle (tant pis si Bayrou en profite sur le plan national, on repousse à la prochaine élection !) Et faut dire que l’esprit de l’UDF reste très fédéraliste. Comme le MoDem s’est malheureusement et autoritairement subsititué à elle, je voterai pour une candidate profondément européenne d’un parti dont la tradition veut qu’il soit fédéraliste !

    Enfin, il faut demeurer d’accord sur les sujets fondamentaux que posera l’avenir. Il me semble que c’est le cas !

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom