Récit de voyage

« Rêve d’Europe » en République Tchèque

Le défi de la pédagogie, à la découverte de l’autre.

, par Michel Pierpaoli

« Rêve d'Europe » en République Tchèque

Yves Mouillet et Michel Pierpaoli ont entrepris un projet de voyage de 13 mois dans 20 pays d’Europe pour, en partenariat avec les « Jeunes Européens France », y promouvoir la citoyenneté européenne. Ils nous racontent leurs aventures à travers leur blog et dans des articles spécialement écrits pour le Taurillon...

« Nous avons passé 15 jours en République Tchèque dans les villes de Olomouc et Prague. Je ne cache pas ma déception car nous sommes un peu passé « à côté » de ce pays. Seulement deux villes, une famille d’accueil à Olomouc et quelques jours avec deux jeunes journalistes à Prague, c’est peu ! Et c’est le problème que nous allons rencontrer tout au long du voyage. Mais c’est encore le début de notre aventure et nous ne sommes pas encore tout à fait au point. Il faut ajouter que l’hiver est pour nous un réel problème. Il nous limite aux grandes villes et aux grands axes routiers.

Néanmoins, pour une « mise en jambe », nous avons tout de même réussi à réaliser 9 interventions dans les lycées. Ces dernières ont concerné des lycéens de section bilingue français et anglais. Des jeunes comme chez nous avec lesquels nous avons passés de très bons moments. Pourtant, en règle général, nous les sentirons beaucoup plus résignés que les jeunes que nous avons l’habitude de côtoyer en France. Il est très clair qu’on ne leur avait jamais présenté la démocratie comme nous l’avons fait et qu’ils se sont presque étonnés à l’idée qu’ils pouvaient aussi s’impliquer ou réaliser des projets dans leur société, en bref qu’ils peuvent être des citoyens actifs.

Une jeunesse entre pessimisme et résignation

Lorsque je dis résignés, il faut même y ajouter pessimistes. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque durant notre première intervention, à la question « comment voyez vous l’Union européenne dans 30 ans ? Comment aimeriez-vous la voir ? » la réponse d’un jeune homme de 18 ans fut la suivante : « de toute manière, dans 30 ans, l’Union européenne n’existera plus ! Nous sommes trop différents, nous n’arriverons pas à nous entendre. » Mes efforts réussiront à lui faire voir d’autres possibilités avec un point de vue renouvelé, mais tout de même ! La résignation précoce de ces jeunes est troublante, voir inquiétante. Elle est sûrement le fruit de leur éducation, celle d’une génération qui a vécue sous le communisme et habituée à subir les événements plus qu’à pouvoir les influencer.

La conséquence de cette résignation est simple : ces jeunes n’ont quasiment aucun idéal, sont plutôt pessimistes et n’imagine pas une seconde qu’il puisse avoir une influence sur le cour des choses. Du coup ils n’ont jamais pensé à ce qu’ils pouvaient -eux- souhaiter, et comment ils aimeraient voir l’Europe, le monde. Nous ajouterons également que leurs connaissances sur l’Union européenne étaient inexistantes. Les programmes scolaires n’ont sans doute pas eu le temps de s’adapter. Mais tout de même !

A coup sûr ces jeunes risquent de ne pas être le « fer de lance » d’une Union européenne plus intégrée. Ils pensent tout d’abord à leur pays ou à le fuir. Ils ne pensent pas à l’Europe. Et si on leur parle de l’Union européenne, c’est à leurs yeux une construction économique qui permet -entre autre- de voyager plus facilement et d’avoir des opportunités à l’étranger. Rien de plus ! Jamais nous ne rencontrerons un jeune qui évoquera l’idéal européen de communauté politique supérieure. Et lorsque nous expliquons que c’est cet idéal qui est à l’origine de la construction européenne, ont nous regarde avec de gros yeux, voire on peine à nous croire.

Bon voyage !

Nous avons tout de même la satisfaction de constater que nos interventions ont un impact évident. D’ailleurs, nous avons un argument de choix : notre voyage, notre projet est la meilleure preuve qu’il est possible de réaliser ses rêves à condition de s’investir et de travailler. Un commentaire d’une élève sur notre blog nous apportera une satisfaction supplémentaire après notre première intervention : « C’est une super idée ! Je suis une des élèves d’Olomuc et je voudrais vous dire merci que vous êtes venu chez nous. Votre point de vue m’a vraiment inspiré, alors merci ! Et BON VOYAGE ! » Tereza Machacikova.

Pour terminer sur les deux villes que nous avons fréquentée, Olomouc et Prague, ainsi que les routes que nous avons empruntées, il est indéniable que la République Tchèque est un beau pays et qu’on s’y sent pleinement chez soit, en Europe. La ville de Prague est impressionnante de beauté même si le trop plein de touriste lui donne un côté « Disneyland » dommageable. Néanmoins c’est une ville internationale, très culturelle, une ville phare, qui attire. Tous les jeunes nous ont dit leur rêve d’aller étudier, travailler ou vivre à Prague.

Quant aux tchèques, que j’ai peu fréquenté, je les ai senti plutôt calmes, sans ambition ni frustration particulière, contrairement aux Polonais, par exemple. Ils répètent simplement, assez souvent, que la République Tchèque est « petite » et qu’elle ne peut réussir toute seule. Le besoin d’Europe est donc bien présent. Reste un travail immense en terme d’explication technique et historique de l’Union européenne ainsi que de réflexion sur les enjeux de notre avenir commun. »

-Illustrations ci-dessus : Panorama de la ville de Prague (cours de la Vlatva & vue sur le Hradcany), ’’Gros Horloge’’ de Prague (Orloj : Maison des échevins de la vieille ville) & Eglise cathédrale Sainte Marie de Tyn (ND Tynsky : Staromesta nametsky, place de la vieille ville). (Sources : Wikipédia).

-LA REPUBLIQUE TCHEQUE, EN BREF :

Les Pays tchèques : Bohême et Moravie.
La république tchèque, au coeur de l’Europe.

Son nom :

« Cechy » (i. e : Tchéquie), en référence à Cech, héros éponyme (i. e : ’’qui donne son nom’’) et ancêtre mythique du peuple tchèque, lorsqu’il vint s’installer dans le pays de Bohême (légende médiévale).

Nb : Souvent les Tchèques préfèrent que l’on parle de la ’’République tchèque’’ ou ’’Ceska Republika’’ (mettant ainsi en avant le caractère républicain du régime et son respect des minorités nationales...) plutôt que de parler de ’’Tchéquie’’ ou ’’Cechy’’ (terme qui leur paraît recouvrir une dimension nationaliste exclusive qui n’est pas dans leur conception de leur pays).

Superficie :

Environ 78 900 km².

Drapeau :

La République tchèque a conservé le drapeau tricolore de l’ancienne fédération tchécoslovaque, fondé sur les couleurs panslaves (XIXème siècle).

Les bandes blanches et rouges peuvent faire référence à la Bohême (et à ses armoiries médiévales), le triangle bleu à la Moravie.

Hymne national :

L’hymne national tchèque s’intitule ’’Kde domov muj ?’’ (i. e : ’’où est ma maison, où est mon foyer, où est ma patrie ?’’), texte du poète Josef Kajetan Tyl sur une musique de Frantisek Jan Skroup (1834).

Il s’agit là d’un hymne populaire décrivant avec amour les paysages bucoliques de Bohème, texte tiré de la pièce de théâtre « Fidlovacka » (1834), texte devenu hymne officiel de la Tchécoslovaquie en octobre 1918 (et conservé, depuis lors, par la République tchèque).

Fête nationale :

Le tricolore tchèque.

Tous les 28 octobre (commémoration de la proclamation de l’indépendance, en 1918).

Capitale :

Prague (en tchèque : Praha ; i. e : ’’les essarts’’), aujourd’hui plus d’un million d’habitants.

Principales grandes villes :

Brno, Hradlec Kralove, Liberec, Olomouc, Ostrava, Plzen, Usti nad Labem, etc.

Population :

Environ 10,3 millions d’habitants (dont près de 97% de tchèques, moraves et minorités slovaques).

Langues parlées :

tchèque (langue officielle) avec des minorités slovaques, polonaises, ruthéno-ukrainiennes, hongroises, tziganes (roms) et germanophones.

Religions principales :

Catholicisme (environ 50%), Protestantisme (environ 20%), autres (environ 30%).

Adhésion à l’UE :

Effective le 1er mai 2004 ; une candidature pour adhésion officiellement déposée en janvier 1996 et des négociations d’adhésions ayant commencé en 1998.

(NB : Adhésion effective après ratification du peuple tchèque -par référendum- les 13 et 14 juin 2003, avec 77,33% de OUI).

Formalités de séjour :

Pour séjourner en République tchèque, il vous suffit d’avoir un passeport en cours de validité. Mais, pour les séjours en RTC de plus de trois mois, un visa est nécessaire.

(NB : La République tchèque participe aux programmes communautaires SOCRATES, LEONARDO DA VINCI & JEUNESSE).

Régime politique :

La République tchèque est une démocratie parlementaire où le pouvoir législatif est détenu par un Parlement bicaméral composé de deux chambres : une Chambre basse (la Chambre des Députés) et une Chambre haute (le Sénat), lesquelles réunies en Congrès élisent conjointement le Président de la république, tous les cinq ans (mandat renouvelable une fois).

Actuel chef de l’Etat (Président de la République) :

Vaclav Klaus (Conservateur, parti ’’civique démocratique’’ ODS).

Actuel chef du gouvernement (Premier ministre) :

Jiri Paroubek (Socialiste, parti ’’social-démocrate’’ CSSD).

Monnaie :

Couronne tchèque (1 CK = 100 haleru).

Entrée dans la zone euro prévue pour 2010 (1 CK = 0,035 Euros).

Economie :

La RTC a pour principales ressources naturelles l’anthracite, le charbon, l’argile et le graphite.

Parmi les pays néo-entrants de 2004, elle fait partie des Etats dont le niveau économique est le plus élevé avec un PNB annuel de 2730 Euros par habitants (23660 Euros pour la France) et avec un salaire mensuel moyen brut de 430 Euros (2200 en France).

Un peu d’Histoire :

Après dix siècles passés dans le giron du Saint Empire romain germanique puis sous la domination impériale des Habsbourg d’Autriche, les pays tchèques (ancien royaume médiéval de Bohême) obtinrent leur indépendance en 1918, dans le cadre de la république tchécoslovaque.

Après la seconde guerre mondiale puis la période communiste, il fallu attendre 1989 (la révolution de velours) et 1993 (la séparation d’avec la Slovaquie) pour que soit proclamée la République tchèque, entrée dans l’UE en mai 2004.

Personnages célèbres :

St Wenceslas, ’’Vaclav’’ en langue tchèque (Roi de la Bohême médiévale, au Xème siècle), Charles IV de Luxembourg (Roi de Bohême et Empereur germanique, au XIVème siècle), Jan Hus (Prédicateur et réformateur du XVème siècle), Jan Amos Komensky dit Comenius (Humaniste et pédagogue du XVIIème siècle, dont l’université slovaque de Bratislava porte le nom), Albrecht von Wallenstein (Chef militaire et Homme politique du XVIIème siècle),

les Erudits Frantisek Palacky, Josef Jungmann, Frantisek Celakovsky (’’Eveilleurs’’ de la conscience nationale tchèque et codificateurs de la langue tchèque, au XIXème siècle), Bedrich Smetana, Antonin Dvorak & Leos Janacek (compositeurs), Alfons Mucha (artiste peintre), Jaroslav Hasek, Karel Capek, Franz Kafka, Bohumil Hrabal & Milan Kundera (écrivains),

Tomas Garrigue Masaryk, Edvard Benes, Alexander Dubcek -d’ailleurs plutôt slovaque que tchèque- et Vaclav Havel (hommes politiques du XXème siècle), Milos Forman (cinéaste), etc.

Pour en savoir plus (Informations pratiques et agenda culturel ) :

www.centretchèque.org, www.visitczechia.cz et www.czech.cz

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 10 mars 2006 à 06:04, par Ronan Blaise En réponse à : « Rêve d’Europe » en République Tchèque

    Prochaines échéances électorales en République tchèque :

    Les élections législatives des 2 et 3 juin prochains, principalement disputées entre le parti d’opposition ’’civique démocratique’’ (ODS) du Président de la République Vaclav Klaus, (mené par Jan Zahradil) et l’actuel parti majoritaire ’’social-démocrate tchèque’’ (CSSD) du PM Jiri Paroubek (mené par Stanislaw Gross).

  • Le 4 juin 2006 à 09:44, par Ronan Blaise En réponse à : « Rêve d’Europe » en République Tchèque

    Elections en République tchèque : Victoire de la droite libérale

    Ce samedi 03 juin 2006 - selon les résultats définitifs de l’Office national des statistiques (CSU) - le Parti démocratique civique (ODS, droite libérale) a remporté les élections législatives en République tchèque, avec 35,38% des voix devant les sociaux-démocrates (CSSD) au pouvoir depuis huit ans.

    Ainsi, le CSSD du Premier ministre Jiri Paroubek, obtient 32,32% des voix : le Parti communiste n’a obtenu que 12,81% des voix ; l’audience des chrétiens-démocrates (KDU-CSL) baisse à 7,22% tandis que les Verts (SZ) accèdent pour la première fois au Parlement tchèque, avec 6,29 % des voix.

    A noter que le taux de participation a été de 64,47 %, soit bien plus important qu’aux élections législatives de 2002 (58%).

    Le président tchèque Vaclav Klaus a annoncé samedi soir à Prague qu’il engagerait lundi des négociations sur la formation d’un nouveau gouvernement avec l’ODS (droite libérale), arrivée hier en tête des élections législatives après neuf ans d’opposition.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom