Pour une Présidence européenne citoyenne !

Communiqué de presse des Jeunes Européens - France

, par Les Jeunes Européens - France

Pour une Présidence européenne citoyenne !

La France prend la Présidence du Conseil de l’Union européenne le 1er juillet 2008. A cette occasion, les Jeunes Européens-France saluent l’agenda ambitieux annoncé pour la future Présidence française. « Les aspirations du Président français à créer une véritable politique européenne de défense et une stratégie européenne de l’énergie sont deux demandes que les Fédéralistes européens défendent depuis longtemps », souligne Nicolas JEAN, Président des Jeunes Européens – France.

Les Jeunes Européens-France rappellent néanmoins que tout projet européen doit obtenir l’accord de nos partenaires. La Présidence française ne pourra donc réussir qu’en engageant un projet collectif et coordonné avec les institutions communautaires et les autres gouvernements. Il est également essentiel qu’au-delà des politiques, la Présidence française contribue à redonner du sens à la construction européenne et agisse pour l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, texte imparfait mais indispensable à la poursuite de l’intégration européenne.

Jean-Pierre Jouyet a annoncé à plusieurs reprises que la Présidence française serait "une présidence citoyenne". Les Jeunes Européens - France formulent le vœu que le gouvernement tienne cet engagement. L’appropriation par les français des enjeux européens doit être la priorité de cette Présidence. Reprenant les mots de Jean Monnet, Nicolas JEAN insiste : « il est essentiel de rappeler à la Présidence française ainsi qu’à tous les chefs d’Etats et de gouvernements que le but final de l’intégration européenne n’est pas une coalition d’Etats mais une union des peuples ».

Dans ce contexte, les Jeunes Européens-France demandent au chef d’Etat et au gouvernement français de profiter de cette Présidence pour afficher durablement les symboles européens, notamment le drapeau, qui contribuent au développement d’une conscience européenne.

Les Jeunes Européens– France soulignent, en outre, que la Présidence du Conseil de l’Union européenne doit permettre d’impliquer les citoyens français et de créer ainsi une dynamique pour les élections européennes de 2009, qui restent l’échéance européenne majeure des prochains mois. « Le taux de participation des Français aux élections européennes de juin 2009 se décidera pendant la Présidence française », estime Nicolas JEAN.

A propos des Jeunes Européens - France

www.jeunes-europeens.org / www.taurillon.org

Créée en 1991, l’association Les Jeunes Européens - France est une association Loi 1901. Affiliée au Mouvement Européen France (3 000 membres en France) et aux Jeunes Européens Fédéralistes (25 000 adhérents dans 35 pays européens), l’association les Jeunes Européens - France est une association indépendante de tout parti politique, dont l’objet est la promotion de la construction européenne et la construction d’une union politique fédérale européenne.

Contact : Tél. : (+33) (0)1 45 49 81 66 / Fax. : (33) 01 45 49 96 65

Email : mediateur chez jeunes-europeens.org

Illustration : photographie prise le 30 juin 2008 à l’occasion du passage de témoin entre la présidence slovène et française avec l’éclairage en bleu de la Tour Eiffel. Crédits : Fabien Cazenave.

Vos commentaires

  • Le 1er juillet 2008 à 11:00, par arturh En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    « il est essentiel de rappeler à la Présidence française ainsi qu’à tous les chefs d’Etats et de gouvernements que le but final de l’intégration européenne n’est pas une coalition d’Etats mais une union des peuples ».

    Et voilà ! C’était bien parti dans le premier paragraphe, mais dès le deuxième, "Les Jeunes Européens France" s’égarent dans le vocabulaire de Jules César commentant La Guerre des Gaules".

    On lit, plein d’espoir, ce qu’on croit être un appels aux citoyens. Et dès le deuxième paragraphe, ils sont incapables d’articuler ces trois mots : "Les citoyens européens". Quelle tristesse ! Quelle niveau politique ! Quelle honte !

    Parce que les peuples, merci ! Que de crimes en leur nom !

    Les citoyens européens, ces trois mots merveilleux ! On pouvait les espérer dès les premières grandes aspirations à la Démocratie en Europe à la fin du 18ème siècle. Ils ont même été évoqués, pour être aussitôt enterrés, lors du Congrès de Vienne de 1814 qui a enterré, par la même occasion ces aspirations à la Démocratie en Europe quand on a partagé "les peuples", ouvrant ainsi la voie au suicide européen des deux guerres mondiales.

    Miracle, nous sommes devenus des citoyens européens en 1994. Et "Les Jeunes Européens France" ne sont toujours pas au courant.

    Il est essentiel de rappeler aux "Jeunes Européens" que L’UE, ce n’est pas l’Europe des Etats, ni l’Europe des "peuples", comme si, comme les Etats, nous n’étions que 27 en Europe !

    L’UE, c’est l’Europe des citoyens ! C’est tout !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Citoyennet%C3%A9_de_l’Union_europ%C3%A9enne

  • Le 1er juillet 2008 à 16:14, par Fabien Cazenave En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Sympa Arturh de nous le rappeler, mais je vous signale au passage que Nicolas Jean « reprend » une citation de Jean Monnet en disant cela...

    Ce n’est donc pas bien grave et vous savez bien que nous faisons la différence.

     ;-)

  • Le 1er juillet 2008 à 17:51, par arturh En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Je n’ai rien à reprocher à Jean Monnet. Ce fut un homme de son temps. Mais nous sommes en 2008. En 2008, écrire un article qui appelle pompeusement à une « Présidence citoyenne » tout en étant incapable d’aligner ces trois mots : les citoyens européens et en mentionnant seulement les citoyens français, c’est faire la preuve de la conscience politique d’une moule sur son rocher.

  • Le 1er juillet 2008 à 18:07, par Fabien Cazenave En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Et jeter le bébé avec l’eau du bain mon cher, qu’est-ce ?

     :-p

    En plus, vous n’êtes pas allé jusqu’au bout : permettre d’impliquer les citoyens français, et en plus on parle des élections européennes. Mais quand on a décidé de n’être pas content...

    Les moules, c’est meilleur avec les frites que sur un rocher. ;-)

  • Le 1er juillet 2008 à 19:28, par arturh En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Je serais content le jour où on en aura fini définitivement avec « les peuples », ses petits pères, ses ennemis du peuple, ses « un peuple, un etc » et qu’on se décidera à ne parler que des citoyens de l’Union Européenne en les mettant à leur place : au centre du débat, au centre du discours.

  • Le 3 juillet 2008 à 20:09, par NingúnOtro En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    En plus, il faut avoir le culot de demander une Présidence européenne citoyenne... quand celui qui tient la présidence à justement tout fait pour ignorer les citoyens et leur vote de 2005.

    Quand tous les politiciens ont fait veux d’ignorer le vote irlandais du 12 juin tant que cela leur será politiquement et juridiquement possible...

    ¡Quel cynisme quand-même !

  • Le 4 juillet 2008 à 07:40, par valery En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Il se trouve qu’il y a eu deux autres votes en 2007.

  • Le 4 juillet 2008 à 12:58, par Ronan En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Oui, il faut avoir du culot pour demander une présidence européenne citoyenne. Et ça, je veux bien l’assumer totalement. Du cûlot : OUI. Pourquoi ?! Et bien précisément parce qu’une "présidence européenne citoyenne" cela ne semble pas vraiment être - sincèrement - l’idée première de nos dirigeants...

    Or (et on est bien d’accord...) on ne pourra sans doute pas longtemps continuer à construire l’Europe sans l’assentiment des populations concernées. A ce titre, les référendum de 2005 et 2007 (sans parler de ceux de 1992 et 2001...) auraient dû, devraient être de très chaudes alertes qui devraient faire urgemment réfléchir nos dirigeants sur leur manière de procéder.

    Pour le reste (i. e : Le devenir du Traité de Lisbonne, suite au « NON » référendaire irlandais...), juste dire que je suis pour le moins partagé (et j’espère donc qu’on ne va pas me classer dans les « Ouistes » fanatiques...).

    Bien sûr, on peut parfaitement estimer qu’un Etat membre ne doit pas - à lui seul - bloquer l’avancée de ceux de ses partenaires qui ont déjà ratifié. Bien sûr, on peut également penser qu’il est parfaitement de bonne politique que les autorités de l’UE souhaitent passer en revue l’avis de tous les signataires avant de décider quoi que ce soit concernant ce traité (et son éventuelle application).

    De même qu’on peut estimer anormal que - de tous les signataires - seul le peuple irlandais ait été directement consulté sur ce document. De même qu’on peut également estimer que l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République ne lui a néanmoins pas donné mandat de n’en faire que selon son bon vouloir sur des thèmatiques superficiellement et secondairement abordées durant cette campagne.

    On me dit que la politique est un combat (et que tous les moyens juridiques sont bons ?!). Certes. Mais permettez moi de penser que la fin ne justifie pas les moyens. Et que laisser à penser aujourd’hui que les Etats soient prêts à utiliser toutes les ficelles du Droit et font le forcing pour imposer un texte dont leurs citoyens ne voudraient pas, voilà de "mauvaises pratiques" qui forcément, tôt ou tard, se retourneront contre ceux qui les prônent.

    Alors, soyons clair : c’est évident que les Etats qui ont ratifié Lisbonne trouveront bien une grosse ficelle juridique pour faire appliquer entre eux ce Traité (quitte à construire "ad hoc" un statut spécifique pour les Etats qui n’en voudraient pas). Et c’est bien évident que « Lisbonne » entrera fatalement en vigueur, tôt ou tard et d’une manière ou d’une autre, entre certains de ses signataires.

    Mais ce n’est pas cela qui me chagrine. Ce qui me dérange le plus, c’est qu’au bout du compte cet épisode « Lisbonne » n’aura donc été qu’une victoire à la Pyrrhus qui aura surtout dramatiquement fragilisé l’idée européenne. Ce que l’UE gagnera peut-être en "bonne gouvernance" après l’entrée en vigueur de ce texte, elle l’aura très certainement perdu en popularité et en adhésion des populations. Ainsi, nous l’aurons eu « Lisbonne », mais à quel prix ?!

    Au prix d’une dramatique désaffection affective du grand public à l’égard de la construction européenne. Puisque c’est ainsi que - depuis la campagne référendaire de ratification du Traité de Maastricht (et environ quinze ans) - on creuse davantage encore, jour après jour, le profond fossé qui sépare désormais nos concitoyens de l’idée européenne. Puisque c’est ainsi qu’on assassine, lentement mais sûrement, jusqu’à l’idée européenne.

    Le meilleur (le seul ?) moyen de redresser la barre et de clarifier la situation, serait de revenir devant les électeurs avec des questions simples et des enjeux clairs. Une opportunité : les élections européennes de l’an prochain.

  • Le 4 juillet 2008 à 13:59, par NingúnOtro En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Croyez-moi, je ne l’ignore point.

  • Le 4 juillet 2008 à 15:01, par YVAN BACHAUD En réponse à : Pour une Présidence européenne citoyenne !

    Bonjour,

    Une présidence citoyenne devrait AMHA avoir pour objectif de faire « l’Europe des citoyens » .Mais si on ne veut pas que la formule sente rapidement la langue de bois cette formule doit être suivie d’une description de cette formule.

    Pour ma part cette formule veut dire que je souhaite que la « Souveraineté européenne »soit attribuée aux citoyens européens, comme l’article 3 de notre Constitution française attribue au peuple la souveraineté nationale.

    Ce principe de base nous le proposons dans un article pour le prochain traité constitutionnel ou Constitution qui pourrait être rédigé ainsi.

    « La souveraineté européenne appartient aux citoyens qui l’exercent par leurs représentants élus

    selon un mode de scrutin unique, au suffrage universel direct et préférentiel et par la voie du

    référendum d’initiative citoyenne, en toutes matières de la compétence de l’Union. »

    Qui soutient-cet article ?

    Cordiales salutations citoyennes européennes.

    Yvan Bachaud porte- parole du Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom