France

Nicolas Sarkozy et l’Europe : Moins de paroles … plus d’actions !

Communiqué de presse de JEF Europe et JE-France

, par JEF Europe, Les Jeunes Européens - France

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Nicolas Sarkozy et l'Europe : Moins de paroles … plus d'actions !

Dans son discours devant le Parlement européen le 13 novembre 2007, Nicolas Sarkozy a réitéré son engagement en faveur de l’Europe et a exposé ses priorités pour la Présidence française du Conseil de l’Union européenne.

Les Jeunes Européens Fédéralistes (JEF Europe) saluent l’agenda ambitieux annoncé pour la future Présidence française.

« Les aspirations du Président français à créer une véritable politique européenne de défense et à étendre le vote à la majorité qualifiée sont deux demandes que les Fédéralistes européens défendent depuis longtemps », constate Pauline Gessant, Présidente des Jeunes Européens – France.

« Dans tous les cas, que le Traité modificatif soit ratifié ou non, les problèmes structurels de l’Union européenne ne seront pas résolus » pour Samuele Pii, Président de la JEF Europe.

« L’Europe restera loin des citoyens et faible sur la scène mondiale. C’est pourquoi le processus constitutionnel doit être réouvert – le besoin pour une Constitution européenne est plus que jamais évident », ajoute Samuele Pii.

Dans ce contexte, la JEF encourage la prochaine session du Parlement européen et ses députés nouvellement élus à prendre de nouvelles initiatives constitutionnelles, basées sur l’expérience de la Convention européenne.

proposer un comité des sages plutôt qu’impliquer les citoyens

« Proposer « un comité des sages » chargé de réfléchir au futur de l’Europe plutôt qu’impliquer la société civile va augmenter le fossé entre l’Europe et ses citoyens » remarque Pauline Gessant.

« Les méthodes intergouvernementales contribuent considérablement à la montée des sentiments eurosceptiques parmi les citoyens. En reprenant les mots de Jean Monnet, il est essentiel de rappeler à Nicolas Sarkozy ainsi qu’à tous les chefs d’Etats et de gouvernements que le but final de l’intégration européenne n’est pas une coalition d’Etats mais une union des peuples » conclut Samuele Pii.

Illustration : Nicolas Sarkozy au Parlement européen, source : Parlement européen.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom