Michel Guerlavais pour l’UNSA : L’Europe est la solution.

1ers Etats Généraux de l’Europe à Lille, le 17 mars 2007

, par Fabien Cazenave

Michel Guerlavais pour l'UNSA : L'Europe est la solution.

Dans le cadre des Etats Généraux de l’Europe qui auront lieu le 17 mars à Lille, le Taurillon ouvre ses colonnes à Michel Guerlarvais, secrétaire national du syndicat UNSA, chargé de l’Europe. Il nous livre son point de vue sur le syndicalisme et la construction européenne.

Taurillon : Que pensez-vous de l’initiative des Etats Généraux sur l’Europe qui auront lieu à Lille ?

Cette initiative est très intéressante. Il est nécessaire de parler d’Europe tant la méconnaissance de nos concitoyens est profonde. Un fossé s’est creusé entre l’Europe et les citoyens notamment en France. L’Europe ne fait plus rêver et elle est parfois vécue comme menaçante. De leur côté, les Etats membres rivalisent et jouent les uns contre les autres. En un mot, l’Europe est en panne. Dans ce contexte, il est important de revenir à l’essentiel, de rappeler les acquis de l’Union européenne (UE) et de remettre à l’ordre du jour la question du sens de la construction européenne. Que voulons-nous faire ensemble ?

C’est l’objectif de ces 1er Etats généraux qui lancent les célébrations du 50ème anniversaire du Traité de Rome. C’est donc tout naturellement que nous avons accepté d’en être partenaire.

Taurillon : L’UNSA fait partie de la Confédération européenne des syndicats (CES). Comment cela se traduit-il au niveau européen ?

L’UNSA s’est créée en 1993 et elle est membre de la CES depuis 1999. Pour une organisation comme l’UNSA, favorable à la construction européenne et à une Europe plus sociale, il était essentiel de rejoindre le mouvement syndical européen. Désormais, nous siégeons au Comité exécutif de la CES et nous participons à ses travaux. D’ailleurs, cette année nous allons participer au 11ème congrès de la CES du 20 au 24 mai à Séville.

A travers l’action de la CES, nous sommes engagés dans le dialogue social européen et nous contribuons à l’édification d’une Europe plus sociale. Un autre élément important, c’est qu’en retour nous intégrons la dimension européenne dans tous les aspects de notre réflexion. Je crois pouvoir dire que l’UNSA, qui pratique un syndicalisme réformiste exigeant, se trouve tout à fait à son aise au sein de la CES.

Taurillon : Quels sont les grands dossiers syndicaux qui seront traités cette année au niveau européen ?

L’emploi figure en tête des priorités de l’agenda syndical. La création d’un plus grand nombre d’emplois, de meilleure qualité, est un axe fondamental de la Stratégie de Lisbonne. Dans l’UE, le chômage diminue et le taux d’emploi augmente mais, pour atteindre l’objectif d’un taux d’emploi de 70% en 2010, ce sont 22 millions de nouveaux emplois qu’il faut créer.

La qualité de l’emploi est au centre de nos préoccupations car le travail précaire progresse dans l’UE. Aussi, nous sommes très vigilants quant à la volonté de la Commission de moderniser le droit du travail car cette opération doit améliorer le marché du travail et non l’inverse. Nous revendiquons une directive sur le travail intérimaire et une issue positive à la directive sur le temps de travail qui est actuellement bloquée par le Conseil des ministres.

Nous militons afin qu’une solution soit trouvée à l’impasse institutionnelle mais pas à n’importe quel prix.

Nous militons afin qu’une solution soit trouvée à l’impasse institutionnelle mais pas à n’importe quel prix. Le mouvement syndical européen n’acceptera jamais un « mini traité » qui n’intégrerait pas la Charte des droits fondamentaux.

Nous soutenons les initiatives en faveur d’une stratégie énergétique européenne et nous réclamons une politique ambitieuse afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

A l’heure où l’UE célèbre le 50ème anniversaire du traité de Rome, nous espérons que l’engagement en faveur de la dimension sociale de l’UE sera renforcé. Nous sommes très attachés au modèle social européen dont les services publics constituent un pilier. La CES a lancé une pétition pour des services publics de qualité accessibles à tous et j’invite tous vos lecteurs à la signer.

Taurillon : Est-ce que l’Europe telle qu’elle fonctionne aujourd’hui permet réellement de mener une politique autre qu’économique en Europe ?

Le problème, c’est que l’Europe n’a pas de politique économique d’ensemble ce qui se concrétise par la faiblesse du budget européen. En effet, de l’Union économique et monétaire (UEM), elle n’a gardé que l’Union monétaire. L’€uro nous protège mais pour bénéficier pleinement de l’UEM, les Etats membres doivent accepter de coordonner étroitement leurs politiques économiques nationales. Simultanément, le pouvoir de la BCE doit être contrebalancé par un gouvernement économique et social, en particulier de l’Eurogroupe.

Plus largement, le cadre européen est le plus à même d’apporter les réponses appropriées aux défis que sont la mondialisation, les déséquilibres démographiques et les mutations technologiques. Mais pour réussir, il faut retrouver le sens du collectif et se donner un projet ambitieux. Pour conclure, l’Europe n’est pas le problème mais la solution. Une Europe qui assure le bien-être de ses peuples.

Présentation rapide de l’Unsa :

- Union Nationale des Syndicats Autonomes (UNSA) est une union syndicale française créée en 1993 par cinq organisations syndicales alors non confédérées. Elle regroupe des organisations jusque là non-affiliées de manière interprofessionnelle.

- L’UNSA revendique 300.000 adhérents et a recueilli 5% des voix aux élections prud’homales de 2002 (contre 0,6% aux élections précédantes).

- L’Unsa est membre de la Confédération européenne des syndicats depuis 1999.

Illustration :
- photographie de Michel Guerlavais de l’Unsa.
- logo de l’Unsa.

Merci à l’Unsa de nous les avoir transmis pour cette interview.

A visiter :
- le site de l’UNSA
- le site de la CES
- la pétition en ligne de la CES pour les services publics

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom