La sécularisation de l’Europe : l’exemple de la Pologne

, par Marta Wrzosek

La sécularisation de l'Europe : l'exemple de la Pologne
Poignée de main entre le pape Jean-Paul II, à gauche, et Jacques Delors http://ec.europa.eu/avservices/photo/photoDetails.cfm?sitelang=fr&ref=P-001691/18-14#0

Le pays de Jean-Paul II est considéré comme l’un des plus catholiques d’Europe. L’Eglise est très présente au sein de la vie publique. Cependant la sécularisation touche la Pologne comme l’ensemble de l’Union européenne.

La Pologne est considérée comme un pays catholique et à la lumière des enquêtes sociologiques quantitatives, European Social Survey inclus, cette opinion semble se confirmer. Au niveau de la pratique religieuse les Polonais sont plus religieux que la plupart des autres Européens. Même si la fin du communisme n’a pas été accompagnée d’une sécularisation radicale, la sphère religieuse a été touchée par des changements.

En 2009, le Centre National d’Opinion Publique a publié un rapport sur la religiosité des Polonais, étudiant son évolution depuis 1989 . Selon un sondage réalisé en février 2009, 95% des Polonais adultes se considèrent comme catholiques, 95% se considèrent comme croyants et 54% participent aux pratiques religieuses au moins une fois par semaine. Les auteurs du rapport constatent que les déclarations de foi et de pratique n’ont pas beaucoup changé depuis 20 ans.

La baisse de la pratique religieuse chez les jeunes polonais

Les enquêtes de CBOS [1] montrent quelques phénomènes intéressants, entre autres une baisse des pratiques religieuses chez les jeunes. Dans le groupe des jeunes de 18 à 24 ans la pratique occasionnelle a doublé quand la pratique régulière a baissé de près de 30%. Ces changements sont plus visibles chez les hommes que chez les femmes. Il est néanmoins intéressant de noter que ces changements interviennent alors que le catholicisme est enseigné dans les écoles et que l’Eglise a un accès facile aux jeunes.

La montée des partis anticléricaux

Les résultats des élections législatives de 9 octobre suggèrent que nous assistons à une tendance plus large et qu’un changement plus profond commence à avoir lieu. La liste présentée par Janusz Palikot, entrepreneur et ancien député de la Platforme Civique, a obtenu 10% des votes, devenant le troisième parti du parlement. Le programme de Janusz Palikot se concentre sur la volonté de stricte séparation entre l’Eglise et l’Etat, la libéralisation de la législation sur l’avortement et la légalisation des unions civiles (modelées en partie sur le PACS français). Le parti de Janusz Palikot a présenté pour défendre son programme une militante féministe, un militant du milieu LGBT et une personne transsexuelle.

Selon l’enquête exit poll mené par TNS/OBOP, 23,3% des électeurs ayant entre 18 et 25 ans ont voté pour le Mouvement de Palikot. Alors qu’ils ont fréquenté pour la plupart les cours de catéchisme réintroduits dans les écoles publiques en 1990. On peut donc se poser la question de l’efficacité du modèle actuel de l’enseignement du catéchisme à l’école.

Après la mort de Jean Paul II en 2005, on a beaucoup parlé en Pologne de l’existence de la génération Jean Paul II - jeunes gens formés par l’enseignement du pape. Pour l’instant c’est plutôt la génération Janusz Palikot qui se fait plus visible. Janusz Czapiński, professeur de psychologie sociale, prévoit que dans 10-15 ans le parti de Janusz Palikot, ou un parti au programme anticlérical, arrivera au pouvoir.

Pendant longtemps les politiciens conservateurs et certains sociologues insistaient sur le fait que la Pologne résistait à la sécularisation radicale, visible dans la plupart des pays européens, ressemblant de cette manière plutôt aux Etats-Unis. On parlait souvent dans le contexte polonais de la modernisation sans sécularisation. Les événements récents montrent que la Pologne n’est pas coupée des tendances européennes, les Polonais, et particulièrement les jeunes, étant de plus en plus familiers avec le principe du libre choix de mode de vie. Il n’est pas exclu qu’à long terme les changements qui commencent à être visibles influencent le droit polonais, par la reconnaissance des couples homosexuels et la libéralisation éventuelle de la législation concernant l’avortement. Le premier pas dans cette direction vient d’être fait.

Mots-clés

Notes

[1R. Boguszewski, Wiara i religijność Polaków dwadzieścia lat po rozpoczęciu przmemian ustrojowych. Komunikat z badań (La foi et religiosité des Polonais vingt ans après le début de la transformation. Le rapport d’enquête), CBOS, Warszawa, 2009.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom