L’OFAJ en marche pour les 20 ans de la chute du Mur de Berlin

Interview de Monsieur Harald Schmidt, de l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse.

, par Stéphane du Boispéan

L'OFAJ en marche pour les 20 ans de la chute du Mur de Berlin

A l’occasion des 20 ans de la chute du mur de Berlin, l’OFAJ organise une série de séminaires et de manifestations sur cet événement historique et ses conséquences dans les relations franco-allemandes et européennes. Monsieur Harald Schmidt, chef du bureau « Innovation » de l’OFAJ a accepté de répondre aux questions du Taurillon.

Taurillon : Monsieur Schmidt, l’OFAJ organise un concours de témoignages centré sur la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. En quoi consiste ce concours et qui peut y participer ?

Harald Schmidt : Le but du concours est de rassembler des témoignages (photos, vidéos, sonores, etc…) d’acteurs ou de témoins privilégiés de la chute du Mur qui illustrent la manière dont ces derniers l’ont vécue et en quoi elle a modifié leur regard sur l’Allemagne et ses habitants ? Si ils ont vécu, à cette époque ou même des années plus tard, une expérience, une rencontre, un échange franco-allemand qui n’aurait pas été possible sans cet événement, si leur vie personnelle, quotidienne, sociale ou professionnelle en a été directement ou indirectement transformée, ils peuvent mettre en ligne leur témoignage sur le site : murdeberlin-ofaj.org.

Cet appel à témoignages est ouvert à toutes les personnes résidant en France ou en Allemagne sans distinction d’âge.

Taurillon : Votre initiative met l’accent sur la dimension personnelle des relations franco allemandes, qui sont souvent résumées aux simples relations officielles et gouvernementales. Pourquoi est-ce, selon vous, nécessaire d’insister plus sur cette dimension qui pourrait être comparée à une « partie immergée de l’iceberg » des relations franco-allemandes ?

Harald Schmidt : C’est la base, si l’on veut qu’il y ait une vraie Franceallemagne, il faut donner la possibilité aux gens d’écrire une histoire commune et donc de vivre des expériences ensemble.

La richesse des relations franco-allemandes est justement de compléter les relations officielles par la multitude de contacts établis à travers les jumelages, les échanges scolaires et extra-scolaires et les échanges professionnels ou les rencontres artistiques. Des échanges auxquels l’OFAJ contribue depuis sa création en 1963 puisqu’il a permis a plus de 8 millions de jeunes de partir à la rencontre de la France et de l’Allemagne.

Taurillon : Jusqu’en 1989, les relations franco-allemandes se résumaient essentiellement aux relations entre la France et l’Allemagne de l’Ouest. Votre cycle de manifestation se déroule dans les nouveaux Länder. Est ce que en 2009, les relations avec la France (économiques, politiques, personnelles) sont autant développées en Allemagne de l’Est et de l’Ouest ?

Harald Schmidt : Au niveau de l’OFAJ oui, et d’ailleurs quelques semaines après la chute du Mur, le conseil d’administration, réuni à Nantes prit une résolution courageuse et perspicace en décidant que 50% des places réservées aux Allemands dans les échanges bilatéraux seraient dès à présent mises à la disposition des jeunes de RDA.

Taurillon : Les relations franco-allemandes ont toujours été vues -à raison- comme un moteur de la construction européenne. La dimension européenne est importante dans les thèmes des manifestations que vous organisez à l’occasion des 20 ans de la chute du mur de Berlin. Pourriez-vous donner une bonne raison à tous les européens de célébrer dans toute l’Europe la chute du mur de Berlin ?

Harald Schmidt : C’est d’abord une formidable victoire de la démocratie et d’un mouvement pacifique. Et c’est aussi, à travers cet événement, la fin de la guerre froide qui doit être célébrée. L’OFAJ se concentre sur l’ouverture et l’élargissement de ses programmes et de ses publics. Et cette ouverture, cette Europe des 27, n’aurait pas été possible sans la chute du Mur. Pour les jeunes, cible première de l’OFAJ, cela correspond à un formidable agrandissement du terrain d’apprentissage et de l’espace de mobilité pour les jeunes. Et chaque européen devrait avoir envie de saluer cela.

Taurillon : Est ce que justement, des manifestations et événements officiels sont prévus pour la date du 9 novembre 2009 en France ?

Harald Schmidt : L’OFAJ a célébré à Paris les 20 ans de la chute du Mur par une conférence, intitulée « La chute du Mur de Berlin, 20 ans après » qui a réuni du 17 au 19 octobre, à Paris, une centaine de jeunes qui ont travaillé en atelier sur les impulsions à donner aux relations franco-allemandes de demain. Cette conférence s’est achevée par un débat, en présence du vice-Président du Bundestag, Wolfgang Thierse et d’autres témoins de l’époque et à laquelle ont assisté 500 personnes.

Le Ministre des affaires européennes, Pierre Lellouche, célèbrera la chute du Mur, le 9 novembre, sur les Champs Elysées, et la mairie de Paris organise depuis la rentrée et jusqu’au 9 novembre de nombreux événements pour célébrer l’amitié entre Paris et Berlin, à l’occasion des 20 ans de la chute du Mur.

Illustration : Logo de l’OFAJ

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom