Histoire & Culture

L’Europe est-elle née au Moyen Age ?

Et comment notre Europe est-elle née ?

, par Ronan Blaise

L'Europe est-elle née au Moyen Age ?

L’Europe se construit. C’est une grande espérance. Et c’est même sans doute la plus grande (la seule ?) espérance de notre temps. Mais l’Europe unie ne se réalisera très probablement que si elle prend vraiment conscience de ce qu’est son histoire.

Une Europe sans conscience de son histoire serait orpheline et malheureuse, condamnée à revivre éternellement les heures les plus sombres et les plus difficiles de son passé.

Et c’est précisément pour faire émerger cette conscience historique commune que les éditions le Seuil ont lancé la collection « Faire l’Europe » dont ce livre est l’un des tous premiers volumes...

Dans cet ouvrage, dont le titre préfigure une réponse affirmative, l’auteur veut ici illustrer l’idée que le Moyen Age est l’époque de l’apparition et de la genêse de l’Europe comme réalité organique, comme représentation culturelle et conscience commune.

Et que ce Moyen Age, creuset des peuples jadis romanisés avec ceux que Rome n’avait jamais conquis, a constitué le moment décisif de la naissance, de l’enfance et de la jeunesse de l’Europe avant qu’elle ne parte à la découverte du monde et n’entre alors dans les Temps modernes.

Répondre aux questions fondamentales

Car l’Europe d’aujourd’hui est le fruit d’une longue histoire qui engage l’Historien et ses lecteurs à se placer dans la longue durée : une histoire qui commence avant même la venue du christianisme. Et qui se continue, avec son reflux.

A l’œil qui sait voir - comme celui de Jacques Le Goff - apparaissent ainsi des traces : l’accumulation des héritages et les strates successives des nombreuses mutations qui ont construit l’Europe d’aujourd’hui, depuis les ruines de l’Empire romain jusqu’à la Renaissance et les (re)découvertes des XVe et XVIe siècle.

Ces héritages, ces ’’strates’’, ici l’historien les met au jour, les explore. Pour montrer combien l’Europe d’aujourd’hui a hérité, emprunté, repris bien des caractères de cette "Europe" médiévale.

Une Europe ’’médiévale’’ qui n’est sans doute pas tout à fait la nôtre, mais qui représente néanmoins un moment important dans sa formation. Où se mettent en place les cadres sociologiques et les caractéristiques fondamentales de l’Europe d’aujourd’hui : importante ruralité néanmoins ouverte au grand large, unité de civilisation et diversité culturelle fondamentale (linguistique, notamment...), divisions géopolitiques (irréductibles ?) mais unité potentielle.

L’Europe unie : projet médiéval ?

En effet, qu’on examine attentivement le Moyen Age et on découvrira alors un tout premier projet politique d’Europe unie, pour la paix. Loin des hégémonies impériales ou pontificales, il s’agissait là du « Tractatus » alors proposé aux souverains d’Europe - par ambassades, en 1464 - par le roi de Bohême Georges Podiebrad [1]. Un traité proposant alors la mise en place d’une « Confédération des rois et princes chrétiens » d’Europe.

Un document intéressant à plus d’un titre, dans la mesure où (même s’il s’agit alors initialement de mettre en place une alliance militaire et politique solide et permanente, face à la menace ottomane...) le roi de Bohême y déclare explicitement le renoncement à la guerre entre Etats comme principe cardinal, but et moyen d’une union pour la paix.

Un texte étonnant où il est déjà question de blason commun, d’un sceau, d’un trésor, d’une caisse commune et d’un impôt spécifiques (i. e : de ’’ressources propres’’), d’une cour de justice et d’arbitrage des conflits, d’un pacte d’assistance mutuelle automatique et d’une force commune, de fonctionnaires et juristes, d’assemblée permanente pour cinq ans, de siège pour celles-ci et de votes à la majorité... qualifiée !

Un projet d’union politique qui n’eût alors pas le moindre début de réalisation mais qui frappe aujourd’hui encore par sa modernité. C’était il y a cinq siècles. [2]

Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

Dans cet ouvrage, Jacques Le Goff réalise là un brillant survol - depuis l’échec carolingien jusqu’à l’Europe des villes et des universités du ’’Beau Moyen Age’’ - de ce millénaire que nous appellons Moyen Age, faute de mieux. Et nous entraîne dans un intense voyage dans le temps, dans l’espoir qu’ainsi, comprenant mieux leur passé, les Européens construisent mieux - enfin - leur avenir.

A noter que cet ouvrage s’inscrit dans la collection « Faire l’Europe » : une collection des éditions du Seuil publiée simultanément par cinq maisons d’édition européennes (en Allemagne, en Angleterre, en Espagne, en France et en Italie), dans l’intention d’ouvrir les Européens sur le caractère unique de leur civilisation et sur la spécificité de leur projet politique : l’Europe unie comme si enfin elle ne faisait qu’une, unie dans la diversité, pour la paix.

- A lire :

« L’Europe est-elle née au Moyen Âge ? », par Jacques Le Goff ; un ouvrage paru aux éditions du Seuil, en octobre 2003 (240 pages, 22 €).

Egalement, sur le même sujet : sur le blog de Jean Quatremer, correspondant de presse de Libération à Bruxelles.

- L’auteur :

Spécialiste internationalement renommé du Moyen Age, héritier de l’Ecole des Annales (des Lucien Febvre et Marc Bloch...), Jacques Le Goff est directeur d’études honoraire à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Mots-clés

Notes

[1Georges de Podiebrad, Roi de Bohême sur wikipédia.

[2Cf. pp.245-246.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom