Félicitons Joseph Daul

Un point de vue anglais sur les déclarations du nouveau Président du groupe PPE au Parlement européen

, par Traduit par Emmanuel Vallens, Richard Laming

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

Félicitons Joseph Daul

Félicitons Joseph Daul. Il vient d’être élu chef du plus gros groupe du Parlement européen, le PPE-DE, après avoir été deputé européen depuis huit ans. Comme président de la commission de l’agriculture, il s’est révélé un défenseur ardent et engagé des intérêts ruraux. Je le sais, par une amère expérience qui m’a fait faire en vain du lobby auprès de cette commission pour le compte des intérêts industriels.

J’écris cet article du Royaume-Uni, où Joseph Daul est réputé pour deux raisons. Je viens d’évoquer la première : l’agriculture. L’opinion la plus couramment répandue au Royaume-Uni est que la PAC est une mauvaise politique, car elle ne réalise pas les objectifs adéquats pour l’agriculture européenne. Elle est également jugée illégitime, car, bien que tout le monde sache qu’elle est mauvaise, il n’est pas possible de la changer. Joseph Daul s’inscrit en faux. Il ne pense pas que la PAC soit une mauvaise politique, et il est la preuve qu’elle n’est pas non plus illégitime. Les contempteurs britanniques de la PAC ne peuvent se contenter de tenir pour acquis le bien-fondé de leur position : non, il faut qu’ils la défendent, face à des hommes politiques de la stature et de l’expérience de Joseph Daul.

La deuxième raison pour laquelle il sort du lot tient au fait qu’un tel homme politique puisse jouer un tel rôle au Parlement européen. Tout député européen britannique de centre-droit qui ambitionnerait un statut équivalent se retrouverait à la marge de son propre parti. Joseph Daul est la preuve vivante que le Parlement européen compte. C’est pourquoi ses idées sont importantes.

Et quelles idées ! Né à Strasbourg, il a toujours vécu dans la région. Il est l’un des très rares députés pour qui les réunions à Strasbourg sont plus simples que celles qui se déroulent à Bruxelles. Sans surprise, il s’oppose à la campagne pour le siège unique. Il n’y a rien à ajouter.

Je salue son opinion selon laquelle le groupe d’extrême droite ITS devrait pouvoir bénéficier d’une part de sièges dans les commissions et d’autres avantages dus aux groupes politiques au sein du Parlement. Car aussi détestables que soient leurs vues, les députés européens d’extrême droite ont effectivement été élus. Le dirigeant socialiste Martin Schulz a émis l’idée qu’ils soient mis sur la touche du système : Daul insiste sur le respect des règles du jeu.

Conséquence supplémentaire, selon moi, de ce respect des règles : la domination des deux principaux groupes politiques du Parlement. Il n’y a pas d’alternance gauche-droite ou droite-gauche, car le pouvoir est constamment partagé entre les deux. Je suis sensible au fait que Joseph Daul soit revenu sur ses propres craintes vis-à-vis de ce système après avoir vu se former diverses coalitions, en fonction des sujets, toujours mues par la recherche de la majorité. Mais il ne devrait pas croire que l’absence de concurrence partisane explicite soit une préoccupation purement française. Une telle compétition permettrait de clarifier le jeu politique européen dans toute l’Union européenne. Sur la question plus large des institutions, M. Daul se décrit comme un réaliste. Il se préoccupe peu du nom donné au traité constitutionnel – traité, constitution, qu’importe… - mais insiste pour qu’un compromis soit trouvé. Il n’avance pas de proposition sur la manière d’y parvenir, sauf à répéter que dix-huit Etats membres ont déjà ratifié la constitution et que deux l’ont rejetée. C’est un problème.

L’idée d’un référendum pan-européen lui paraît bonne, mais il ne pense pas que l’Europe y soit prête pour 2009. Ce faisant, il omet de considérer que le référendum peut être une solution au problème qu’il a lui-même exposé. Nicolas Sarkozy, pour qui il a des mots chaleureux, pense que le texte actuel ne peut pas être ratifié avec la méthode actuelle, et souhaite donc qu’il soit modifié. L’idée du référendum résout le problème en changeant la méthode. Daul ne semble pas y avoir songé dans cette perspective. S’il faut une percée dans la poursuite du processus constitutionnel, le référendum pourrait bien être la solution. Est-il vraiment réaliste de s’accrocher à une procédure dont l’échec est patent ?

Revenons à l’agriculture. Joseph Daul a été accusé de défendre les intérêts agricoles et eux seuls, envers et contre tout. Dans un sens, il incarne ce que Donald Rumsfeld qualifiait de « vieille Europe ». Il a même été mis en cause sur l’utilisation de fonds publics. Disons-le, il nie ces accusations, et nous ne nous y arrêterons pas ici. Ce qui compte est la question politique : vieille ou nouvelle Europe ?

Il émet l’idée de placer la « sécurité alimentaire » comme objectif politique de l’Union européenne, et non comme une simple politique agricole. Il fut un temps où sécurité alimentaire signifiait autosubsistance, mais le problème est désormais résolu. Aujourd’hui, la sécurité alimentaire renvoie au développement durable et à la biodiversité, toutes considérations qu’un marché sans régulation aura du mal à prendre en compte.

J’écris cet article à Londres, le jour même où l’on rapporte que 160000 dindes élevées dans un hangars de l’Est de l’Angleterre devront être détruites par mesure de précaution, face au virus H5N1 de la grippe aviaire. Ce virus passe aisément les frontières nationales, car les oiseaux sauvages n’ont, après tout, pas de passeport. Seule une approche européenne peut y faire face.

Si l’UE doit protéger l’environnement et défendre des valeurs qui dépassent les simples mesures de régulation des marchés par les quantités et les prix, ça ne la rend pas vieille pour autant. Au contraire, c’est là la « nouvelle Europe », dans la plus belle acception possible de ces deux mots.

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom