Et si la culture était le ciment de l’Europe ?

, par Jessica Bongibault

Et si la culture était le ciment de l'Europe ?

Les derniers élargissements de l’Union européenne, les non français et hollandais à la Constitution européenne et le refus du Traité de Lisbonne par l’Irlande ont révélé les dysfonctionnements de la machine européenne, mais surtout l’échec, après plus de 50 ans d’existence, à créer un sentiment européen. Et si la culture était l’élément déclencheur de l’éveil de l’Europe ? Aperçu et analyse des récentes initiatives culturelles de l’Union européenne (UE) au moment de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE).

La culture comme ressource des politiques européennes ?

C’est en 1992 que pour la première fois l’UE se dote, avec le traité de Maastricht, d’une compétence culturelle faisant de la culture un angle de travail possible de toutes ses politiques. Pourtant, ce n’est que très récemment que l’Union a commencé à associer la culture à ses directives, bien que des programmes comme « Culture 2000 et 2007 » ou « Média » aient déjà lancé les bases d’une coopération culturelle européenne. Ainsi, il semblerait que Bruxelles ait pris conscience de la difficulté de la construction du projet européen et que la culture pourrait participer, à long terme, à sa prospérité.

Fin 2007, le Conseil européen adopte la première stratégie européenne de la culture à l’attention des institutions européennes et des États membres. Cette communication propose un agenda basé sur trois objectifs : la promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel, de la culture comme un outil pouvant encourager la créativité et comme un élément vital dans les relations internationales. D’autres programmes et actions complètent ces objectifs comme l’année 2008, placée sous le signe du « dialogue interculturel », ainsi que 2009 qui mettra à l’honneur « la créativité et l’innovation ».

En outre, la stratégie de Lisbonne (2001) qui souhaite faire de l’UE en 2011 « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde » donne une dimension plus ample à cet agenda européen de la culture ; la culture pouvant participer au développement de l’économie et de la créativité de l’Union.

Le ton est donné et la culture fait de plus en plus partie intégrante des politiques de l’UE. La France, qui préside l’Union européenne jusqu’en décembre, a-t-elle prévu de faire avancer l’Europe dans ce sens ?

Une présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE) ambitieuse

La PFUE, même si elle ne place pas la culture au sommet de ses préoccupations, lui donne une place non négligeable. Le contexte général est caractérisé par une Union en mal de substance et les citoyens se sentent peu concernés par la construction européenne. Il est urgent de donner aux citoyens français et européens des signes forts de leur appartenance à un esprit européen. De fait, le Ministère de la Culture et de la Communication souhaite voir émerger une identité européenne et la PFUE lui permettra de poursuivre des actions concrètes, comme la bibliothèque numérique européenne, ou par ailleurs, la lutte contre le trafic illégal des biens culturels et des archives.

Toutefois, ces projets réussiront-ils à établir un lien durable entre les citoyens et l’Europe ? C’est là tout l’enjeu de la présidence française, informer, communiquer sur les dossiers qu’elle porte afin de convaincre ses partenaires européens et, partant de là, les citoyens de l’Union. Pour arriver à ses fins, la France organise en parallèle de ces actions, une saison culturelle européenne présidée par M. Renaud Donnedieu de Vabres. C’est la première fois qu’un pays dote sa présidence d’un tel événement culturel où de nombreux spectacles, expositions, manifestations sont organisés entre la France et les 26.

Si les États membres qui présideront l’Union européenne après la France se saisissent, comme les autorités françaises l’ont fait, des initiatives prises par la Commission dans le domaine de la culture pour les inscrire au programme de leur propre présidence, il serait alors possible d’assister dans les prochaines années à l’émergence d’une véritable identité et citoyenneté européennes.

D’ici là, ces événements réussiront-ils à faire grandir le sentiment européen en chacun de nous ? Les politiques de l’UE systématiseront-elles l’utilisation de la culture ? La culture jouera-t-elle ce rôle refondateur tant espéré ?

Les élections européennes de 2009 nous indiqueront sans doute le degré de fracture entre les citoyens et Bruxelles. Espérons qu’avant cette échéance, médias, politiques nationaux et citoyens d’Europe prennent enfin conscience de leur rôle dans l’aboutissement du projet européen.

Illustration : logo officiel de l’année européenne du dialogue interculturel.

Les rendez-vous à ne pas manquer
- La conférence sur le multilinguisme, 26 septembre, la Sorbonne, Paris
- L’Europe peut-elle se passer d’un projet culturel ?débat, 30 septembre, Nantes
- Clôture de l’Année du dialogue interculturel, 17 au 19 novembre, Centre Pompidou, Paris
- La Saison culturelle européenne, jusqu’au 31 décembre 2008, partout en France

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 8 octobre 2008 à 14:03, par Jean-Jo En réponse à : Et si la culture était le ciment de l’Europe ?

    Pas sûr que la lutte contre le trafic illégal de biens culturels soit de nature à faire émerger une identité et une culture commune... Si c’est à ça que se résume l’engagement de la présidence française dans ce domaine, c’est peu. Evidemment je caricature, il est indéniable qu’un renforcement des échanges comme ceux de la saison culturelle vont dans le sens d’une identité commune, mais si le président de la république avait réellement eu le souhait de soutenir la construction d’une identité commune, alors il se serait battu becs et ongles pour le maintien des symboles européens dans le « mini-traité ».

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom