Conseil européen

Bilan du Conseil européen d’Hampton Court

Séance de thérapie de groupe ou de ’’coaching’’ communautaire ?

, par Ronan Blaise

Bilan du Conseil européen d'Hampton Court

Minimiser les divergences existant entre partenaires pour créer des conditions psychologiques propices à une reprise des dossiers abandonnés en juin dernier, tel semble avoir été l’objet principal de cette espèce de séance de « coaching » communautaire organisée le jeudi 27 octobre au chateau de Hampton Court (Angleterre) par Tony Blair et José-Manuel Barroso.

L’analyse de ce qui vient de se passer dans le cadre communautaire mais essentiellement intergouvernemental (et sous présidence britannique) d’Hampton court sera diverse, voire contradictoire, selon le fait qu’on soit optimiste de caractère ou pessimiste de tempérament...

Car, effectivement ce sommet n’était qu’« informel » et les montagnes en mouvement n’y ont -apparemment- pas même accouché d’une authentique et véritable souris.

Car effectivement Hampton court l’aura été, court, précisément, comme son nom l’indique... : vu que ce sommet censé durer au départ au moins deux jours n’aura à peine duré vingt-quatre heures (et en se terminant en avance sur l’horaire initialement prévu...).

Mais de là à parler de sommet volontairement bâclé, voilà un pas que nous ne franchirons, ne serait-ce que par respect du fameux « fair play » britannique...

Un sommet pour rien ou un sommet pour rebondir ?

Car effectivement, et surtout, Tony Blair avait adjuré tous ses partenaires de ne pas même -et surtout pas- y évoquer les sujets qui fâchent (Budget communautaire, ristourne britannique, montant de la PAC, négociations à l’OMC, modernisation du « modèle social européen », etc.).

Effectivement, hormis peut-être la question de la PAC (sujet actuellement discuté à l’OMC...) rapidement évoquée par notre Président Chirac, tous les sujets brûlants du moment ont été tout simplement évacués (ou sont remis à plus tard) : la question du budget est repoussée au « vrai » sommet (celui de décembre prochain...), la question « existentielle » d’un modèle social européen introuvable à été repoussée sine die, et la « patate chaude » de la question institutionnelle (constitutionnelle ?) est désormais repoussée aux calendes viennoises et au bon vouloir de la future présidence autrichienne...

Encore qu’il se dit de plus en plus officiellement que rien ne pourra se produire de franchement tangible avant l’horizon 2007, années des prochaines présidentielles et législatives françaises, et année (coïncidence heureuse...) des prochaines élections générales aux Pays-bas...

Néanmoins, allez, soyons optimiste : à l’occasion de ce sommet, on aura quand même vu en gestation quelques débuts de bonnes idées (notamment cette fameuse idée communautaire des ’’fonds sociaux d’adaptation à la mondialisation’’ -défendue passionnément par l’actuelle Commission- et à laquelle s’est récemment spectaculairement rallié leur principal contempteur d’autrefois : le Président Chirac...).

Un sommet pour faire semblant ou un sommet pour se rabibocher vraiment ?

Mais le plus important réside ici dans les symboles (et -à ce titre- le PM britannique Tony Blair avait semble-t-il vu juste...) : lors du dernier sommet européen, en juin dernier, les vingt-cinq avaient donné le triste spectacle de la cacophonie, du repli national, du retour des égoïsmes, des chicaneries agressives et du chacun pour soi.

Or, aujourd’hui, chacun semble être revenu à de meilleures dispositions et -tout du moins- semble enfin prêt à s’écouter. Ce n’est sans doute pas énorme en soi, mais c’est déjà ça. Et -en ces temps de crise européenne- c’est déjà mieux que rien.

Car précisément il semble que cette grande réconciliation européenne (qui n’est pas nécessairement que de façade...) ait eu pour principal objet, par la ’’minimisation’’ volontariste d’évidentes divergences, de créer une atmosphère enfin propice à la réouverture de certains dossiers essentiels (et avec, pour horizon indépassable, la nécessité d’un prochain compromis budgétaire...).

Et maintenant, juste souligner que l’Europe mérite effectivement bien mieux que de seuls symboles habilement scénarisés, des mises en scène bien consensuelles et de seules photos de famille, même souriantes...

Un sommet pour juste faire joli ou un sommet pour se remettre vraiment sérieusement au travail ?

Car, une fois passées ces congratulations réciproques et ces embrassades consensuelles à destination du grand public (et dont le principal intérêt est de rappeler au Citoyen communautaire ’’de base’’ que si l’Europe est effectivement malade, en tout cas elle se soigne néanmoins...), il faudra bien s’attaquer, un de ces prochains jours, aux véritables sujets d’importance, même s’ils sont parfois des sujets qui fâchent : comme la question du budget communautaire, entre autres ’’petites’’ choses...

Alors, les sommets européens organisés pour faire ’’bonne figure’’, rassurer l’opinion et amuser la galerie, commémorer Monnet et évoquer les mannes de Schuman, et pour encore parler lyriquement d’une ’’paix éternelle entre nous’’ avec des trémolos dans la voix, c’est certes très sympa (et ne plus s’engueuler ouvertement en public, c’est certes mieux...) mais vivement la suite -donc- qu’on passe enfin aux choses sérieuses !

Car l’Europe a besoin d’un budget véritable vraiment digne de ce nom (et revu à la hausse, si possible...), de politiques communes revisitées (et davantage communautarisées, autant que ce soit faisable...) ainsi que d’Institutions politiques rééquilibrées (et démocratisées, bien entendu...).

’’Reconciliez vous, c’est un ordre !’’, c’est donc là moins une injonction de Barroso ou de tout autre à tous ses partenaires -Chirac et Blair, en tout particulier- qu’une demande forte des Européens à l’adresse de leurs chefs d’Etats et de gouvernements.

Sans parler même de cette exigence d’une véritable gouvernance européenne qui leur est si souvent adressée.

Puissent donc ceux-ci l’avoir entendu, et enfin écouté...

- site de la Présidence britannique : www.eu2005.gov.uk/

- site de la Commission européenne : www.europa.eu.int/comm/

Photo : Conseil de l’Union européenne

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom