Euro

Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

, par Aric Wizenberg

Record battu ! Ce qu'implique l'euro fort...

Le 27 avril dernier, l’euro a battu son record face au dollar à 1,3682 dollars pour un euro. Depuis janvier 2006 (1,18) sa valeur augmente constamment, et le mouvement semble, du moins à court terme, devoir se poursuivre. Nombre d’experts envisagent qu’une valeur de 1,40 sera atteinte dans les prochains mois. En France, les politiciens se sont vivement emparés du débat, égrenant leurs vérités au gré des meetings. Mais qu’en est-il vraiment ? Et pourquoi seul les français en font une tragédie ?

Conséquences de l’euro fort

En ce qui concerne le commerce, une monnaie forte pénalise les exportations et, à l’inverse, favorise les importations. Cela entraîne donc mécaniquement une dégradation du solde commercial. Du côté des victimes, les entreprises qui produisent en zone euro (ZE) et vendent ailleurs. Du côté des bénéficiaires, les consommateurs, au travers d’une baisse du prix de tous les produits crées hors-zone, et les entreprises qui utilisent de grandes quantités de matières premières ou de produits manufacturés importés. Cela entraîne donc une baisse d’un certain nombre de prix, et donc une baisse de l’inflation. L’euro fort a été particulièrement positif face à la hausse du pétrole et du prix d’autres matières premières.

Pour ce qui est de la production, comme l’euro fort est une contrainte, les entreprises sont poussées à devenir plus productives (elles ne peuvent pas se reposer sur l’avantage d’avoir une monnaie faible). Cela peut être une bonne chose lorsque cette contrainte entraîne la rationalisation de la production et la recherche d’efficacité, à travers de nouveaux outils et de nouvelles méthodes. En revanche, cela peut aussi entraîner une augmentation des licenciement et des délocalisations, et donc une hausse du chômage, comme cela a été observé au début des années 90 (politique du Franc Fort appliquée dans le but de maintenir la parité franc-deutschemark).

Dernier point très important : les valeurs de toutes les grandes monnaies mondiales sont déterminées par le marché, c’est à dire que c’est la demande et l’offre d’une monnaie qui sont à l’origine de sa valeur. Les banques centrales ne décident pas la valeur de leur monnaie. La seule chose qu’elles peuvent faire, c’est intervenir sur le marché en achetant ou en vendant de leur propre monnaie. Par exemple, si la Banque Centrale Européenne (BCE) veut faire baisser (un peu) la valeur de l’euro face au dollar, elle doit acheter plusieurs millions de dollars qu’elle gardera en réserve, et en échange de ces dollars, elle vendra des millions d’euros sur le marché (plus d’euros disponible sur le marché, donc sa valeur baisse). A noter qu’une des conséquences néfastes de cette action serait que si l’euro poursuit tout de même sa baisse face au dollar, les réserves de dollars possédées par la BCE continueraient de perdre de la valeur...

C’est d’ailleurs un problème qu’a la Banque de Chine actuellement : elle achète souvent de très grandes quantités de dollars dans le but de maintenir faible le yuan (monnaie chinoise) en accumulant des réserves qui perdent leur valeur.

Euro fort ou dollar faible ?

Pour commencer, il est important de se rappeler qu’une monnaie n’est pas forte (ou faible) dans l’absolu. Une monnaie ne se définit que relativement à une autre. Il ne faut donc pas négliger que lorsqu’il est dit : « l’euro est fort face au dollar (ou au yen) », cela peut s’expliquer à l’inverse par la faiblesse de ces dernières. Et, c’est justement le cas.

Le dollar s’est déprécié en moyenne de 10% depuis 2006 face au franc suisse, à la livre anglaise et au dollar australien. Sur la même période, il s’est déprécié d’environ 13% face à l’euro. L’explication de cette chute est que depuis plusieurs mois, les nouvelles inquiétantes au sujet de l’économie américaine se succèdent. Et la situation ne semble pas devoir s’améliorer dans un proche avenir. La dernière nouvelle en date est que la croissance américaine entre mars 2006 et mars 2007 a été de 1,3%, la moitié de la croissance de la zone euro sur cette période ! La dernière fois que la croissance a été aussi faible aux Etats-Unis c’était au cours de la crise des nouvelles technologies (2000-2001).

Le même phénomène explique aussi la force de l’euro face au yen. Celui-ci se déprécie continuellement depuis plus de deux ans. La raison en est que la situation de l’économie japonaise est très décevante (2,2% de croissance en 2006 contre 2,7% pour la zone euro), en particulier au vu du taux d’intérêt directeur que la Banque du Japon applique : 0,25% ! Contre 3,75% en Zone euro et 5,25% aux Etats-Unis.

Rappelons qu’un taux faible a pour conséquence de relancer le crédit, ce qui permet normalement une reprise de l’économie. En revanche cela a pour inconvénient de produire de l’inflation. Le problème est que le Japon ne s’est jusqu’à présent pas vraiment remis de la crise asiatique de 1997 suivie par la crise des nouvelles technologies, et ce malgré un taux directeur proche de zéro appliqué depuis presque 10 ans.

En résumé, la raison principale qui explique la force de l’euro est que, pour la première fois depuis plus de cinq ans, la croissance de la zone euro est supérieure à la croissance américaine et à la croissance japonaise.

De plus les acteurs du marché s’attendent à ce que cette tendance se poursuive. D’où une confiance accrue dans l’euro relativement aux autres monnaies ce qui entraîne une hausse de sa valeur. Il est de plus remarquable que depuis un an, le solde commercial de l’ensemble de la ZE se redresse malgré la hausse de l’euro. En un an, les exportations ont progressé de 10%, ce qui met la zone en quasi équilibre commercial avec l’extérieur. Cette croissance est tirée en partie par l’Allemagne qui, il y a cinq ans considéré comme « l’homme malade de l’Europe », en est devenu aujourd’hui la locomotive.

Selon moi, reprenant une vieille habitude française, les hommes politiques et les patrons de grandes entreprise assurent que lorsque tout se passe bien c’est grâce à eux et que lorsqu’il y a des problèmes c’est la faute à l’UE, l’euro, la mondialisation, les immigrés ou autres...

Comment ne pas être ému en voyant les dirigeants d’Airbus pleurer sur l’euro fort ? Il faut dire que Noël Forgeard a fait preuve d’une telle excellence dans la gestion de cette entreprise...! Heureusement, cet homme fut récompensé à sa juste valeur ! Et l’euro, blâmé comme il se doit...

Le fait est tout simplement que, enfin, après six ans de marasme économique, la zone euro sort enfin la tête de l’eau. Cela arrive au moment où les Etats-Unis et le Japon sont en difficulté, d’où cette hausse mécanique de l’euro. Si la France n’est pas au top niveau malgré ces bonnes conditions, c’est que les réformes nécessaires sont à l’échelle du pays.

Mais malgré tout, même en France, il faut relativiser, l’économie se relève doucement, la croissance redémarre, le chômage est en baisse (véritablement, même si cette baisse est moindre que ce que les chiffres corrigés proclament). Mais au cours de la campagne présidentielle actuelle, inscrite sous le signe de la « rupture », qu’elle soit tranquille ou brutale, dire ce genre de choses est moins populaire que de s’attaquer à la BCE.

Illustration : Pièce de deux euros (version slovène) commémorative des 50 ans du Traité de Rome, Wikipedia

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 30 mai 2007 à 20:16, par Aric Wizenberg En réponse à : Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

    Petit complément au sujet de Noël Forgeard, ce chantre de l’anti-euro-fort, il sera intéressant(voire amusant) de suivre dans les mois à venir l’enquète de l’Autorité des Marchés Financiers sur un possible délit d’initié. Hé oui, vendre ses actions juste avant une chute spéctaculaire (des action d’EADS), ça attire toujours l’attention ! Enquète sur N.Forgeard et sur Arnaud Lagardère, « frère » de « notre » cher président... Quelque millions d’euros en bonus au cas où le parachute doré serait insuffisant ! Saloperie d’euro fort : regardez les conséquences !

  • Le 31 mai 2007 à 10:26, par Shokut En réponse à : Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

    « En revanche, cela peut aussi entraîner une augmentation des licenciements et des délocalisations, et donc une hausse du chômage, comme cela a été observé au début des années 90 ... »

    Vous écrivez celà comme si c’était une conséquence anodine de la politique monétaire de la BCE ... alors que c’est la principale préoccupation de la majorité des français.

    Quant au début des années 90, je vous signale que ce phénomène existe encore aujourd’hui : si vous sortez des salons parisiens ou bruxellois pour aller dans les départements du nord et de l’est de la France, vous verriez que les délocalisations frappent encore et toujours. Et la Banque Centrale continue sa politique suicidaire pour notre industrie ...

    Le 29 mai 2005, les Français ne s’y sont pas trompés.

  • Le 1er juin 2007 à 12:05, par ? En réponse à : Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

    Merci pour cet éclairage, claire et concis ! Cependant quand on signe des contrats en dollars US payable en novembre et qu’on apprend que l’ascension de l’euro n’est pas fini, c’est une bien mauvaise nouvelle :-) Vivement un prochain article aussi passionnant !!! Bonne continuation, Ira

  • Le 14 juin 2007 à 15:26, par Aric Wizenberg En réponse à : Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

    Non, bien entendu cette conséquence n’est pas anodine, et merci pour les salons bruxellois et parisiens, je ne crois pas que vous sachiez quoique ce soit sur mon compte... Passons sur cette dernière remarque.

    Si j’ai formulé de cette manière ma phrase, c’était simplement pour indiquer que la relation n’est pas aussi simple que : monnaie forte => (implique) hausse du chômage. Tout économiste vous dira que la politique de franc fort a été une cause majeure de la montée du chômage à l’époque citée. En revanche, que dire de l’euro fort et de la baisse du chômage généralisée en zone euro sur la dernière période et du niveau historiquement bas qui a été atteint récemment...?

    Vous parlez de tout autre chose : la désindustrialisation de la France, dont les causes sont différentes, même si le niveau de l’euro peut y participer.

    Voilà les raisons de ma phrase : une monnaie forte PEUT aggraver le chômage, ce n’est pas le cas actuellement, voilà tout !

  • Le 19 novembre 2007 à 21:05, par ? En réponse à : Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

    et moi qui dois faire un exposé sur « euro fort : cause et conséquences pour l’économie européenne » que dois-je signaler ???

    moi je pay celui qui me fait un exposé qui me fait avoir la moyenne !!!

  • Le 21 janvier 2008 à 22:57, par ? En réponse à : Record battu ! Ce qu’implique l’euro fort...

    merci pour cette explication claire et précise sur un sujet aussi compliqué qui n’est pas toujours bien analysé par les médias eux mêmes.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom